Vols en série dans les paroisses catholiques de Ndjili : la riposte se prépare

0
264

ob_4ce54f_eveque-du-congo-democratique-frtdhLes vols en série  perpétrés par des éléments incontrôlés de l’armée et de la police en octobre et novembre 2015 dans les paroisses catholiques de Ndjili ont occasionné la tenue d’une réunion de crise des religieux affectés à Tshangu le  mercredi 2 décembre 2015  au doyenné Sainte Thérèse. Nous  n’avions pas eu de détails sur ladite réunion. Indignés, Ndjilois et Kimbansekois… espèrent que d’importantes mesures  vont être prises pour que les pillages survenus à Sainte Agnès ( 25 octobre et 15 novembre 2015) au quartier 10, Saint Martin ( 25 novembre 2015) au quartier 6 et celui avorté du week end passé à Sainte Thérèse au quartier 7,   ne se reproduisent plus.

Entre temps, le curé Rigobert Sibu  a demandé  à ses paroissiens, le dimanche 30 novembre 2015,   de se rallier à son idée  de relever les murs de la clôture de la paroisse Sainte Agnès pour mieux sécuriser cet espace. Par ailleurs, un des policiers du sous Ciat situé dans le périmètre de l’EP Saint Martin a été mis à la disposition de la paroisse et  une sentinelle commise à la protection de l’EP  Saint Martin.

Revenons aux vols en série de ces derniers mois pour dire que tout avait commencé à Sainte Agnès. Dans la nuit du 24 au 25 octobre 2015, des dizaines des malfaiteurs armés se sont pointés sur l’avenue Inga. Probablement aiguillonnés par un indicateur, ils s’étaient dirigés vers les bureaux de la paroisse et la sacristie et fait main basse sur une importante somme d’argent, des biens liturgiques et un équipement de musique. Il se raconte qu’une partie de l’argent emporté était destinée à la paie des enseignants d’une école primaire catholique située non loin de la paroisse Sainte Agnès. Trois semaines plus tard, il y a eu un autre vol au même endroit et cette fois là, les malfaiteurs ont blessé grièvement le veilleur Héritier Muzushi et volé un ordinateur, des sacs et appareils portables des choristes qui avaient passé la nuit là bas.

A Saint Martin, a-t-on appris auprès d’un paroissien proche du curé Robert Disuka, les voleurs habillés en tenues militaire et de la police ont escaladé le mur de derrière de la paroisse vers 3 heures du matin dans la nuit du 24 au 25 novembre 2015. S’étant  trouvés  ensuite en face du veilleur François Lufwa, ils  l’ont agressé.  Blessé grièvement à la tête, le corps tailladé, saignant abondamment, Lufwa a même  été ligoté. Le veilleur neutralisé, ces « visiteurs » nocturnes ont forcé ensuite  la porte du curé, et fait de même chez le vicaire, emportant par la même occasion d’importantes sommes  d’argent  trouvées auprès des deux religieux  tout en saccageant des effets trouvés sur place. C’est vers 4 heures du matin qu’ils ont quitté les lieux. Appelé peu après l’intrusion des bandits à la paroisse, les éléments de police sont descendus à Saint Martin vers 5 heures du matin, a précisé ce paroissien. L’infortunée sentinelle a été acheminée à l’hôpital Saint Joseph tôt le matin quelques temps après le départ des bandits. Son état de santé se serait amélioré. Une plainte contre inconnu a été adressée à qui de droit avec ampliation à plusieurs autorités du pays.

A Sainte Thérèse, les choses ont tourné au vinaigre pour ces inciviques. Arrivés sur les lieux le week end passé, ils ont été accueillis par les cris furieux des chiens qui sont dans la concession de ladite paroisse. N’eût été la  présence de la « brigade » canine  là bas,  Sainte Thérèse allait être pillée de fond en comble.

Ces vols répétés suscitent de multiples interrogations.

Est-ce les « mabonza ndlr argent collectés chaque dimanche » qui sont à la base de ces descentes nocturnes ?

Un groupe de gens mal intentionnés en veulent-ils aux catholiques ?

Pourquoi ces pillages en règle à Ndjili ?

Autant des questions que se posent les chrétiens catholiques de Tshangu et d’autres personnes qui disent que le monde a vraiment changé.  Et qui ne s’expliquent pourquoi des inciviques s’acharnent sur l’Eglise catholique.

   JPN

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •