Vive tension à l’ISS

0
87

La guerre est ouverte entre la Coordination estudiantine de l’Institut Supérieur des Statistiques (ISS) et le ministre de la Jeunesse et Initiation à la Nouvelle Citoyenneté, Billy Kambale Tsongo. Il y a, à la base, la lettre de mise en demeure adressée par ce membre du gouvernement à cet établissement d’enseignement supérieur, en date du 30 septembre 2019, le sommant de libérer un bâtiment du Secrétariat général à la Jeunesse et Initiation à la Nouvelle Citoyenneté.

On laisse entendre que ledit bâtiment était affecté, à titre provisoire, depuis 2018, à l’ISS, sur le boulevard Sendwe, au numéro 50/58, dans commune de Kalamu, non loin du stade Père Raphaël. Dans une déclaration à chaud de la Coordination des étudiants rendue publique le mardi 8 octobre par son président, Délicieux Kazumba alias Macron, il est demandé à Billy Kambale de revoir sa copie, afin d’éviter de troubler inutilement la paix sociale dans la ville de Kinshasa.

            La Coordination estudiantine de l’ISS rejette, de manière catégorique, la décision de ce ministre sommant cet établissement de « dégager » endéans 30 jours, rappelant au passage le triste et douloureux épisode d’une délocalisation anarchique décrétée, dans le passé, contre le même institut supérieur. Selon les étudiants, le bâtiment que revendique le ministre Kambale serait une propriété de l’Institut Supérieur des Statistiques, laquelle serait couverte par le Certificat d’enregistrement vol. AKN 5 folio 80, délivré par le ministère des Affaires Foncières, ainsi que par l’Arrêté ministériel du 02 novembre 2018, portant affectation à l’ISS, à titre provisoire, d’un immeuble du domaine public de l’Etat, du site du Secrétariat général à la Jeunesse et Initiation à la Nouvelle Citoyenneté, situé sur le boulevard Sendwe, dans la commune de Kalamu.

Selon la Coordination estudiantine de l’ISS, la concession ainsi que le bâtiment visés n’étaient plus utilisés à des fins éducatives pour la jeunesse, car ils étaient transformés en lieu de prostitution et d’autres activités illicites. Ainsi, pour mettre un terme à ces activités, indique-t-elle, « L ’Etat congolais, à travers son ministère des Infrastructures, Travaux publics et Reconstruction, avait donc raison de l’affecter à la formation scientifique de sa jeunesse se trouvant au sein de l’Institut Supérieur des Statistiques ». 

            Au vu du climat de tension qui ne cesse de monter dans ce site universitaire, elle sollicite l’implication personnelle du Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, mais aussi du chef du gouvernement central, du ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire ainsi que du gouverneur de la ville de Kinshasa pour calmer les esprits.

On signale que le Directeur général de l’ISS, le professeur Jean Marcel Mbikayi Mpanya avait fait savoir au ministre de la Jeunesse et Initiation à la Nouvelle Citoyenneté, en réponse à sa lettre de mise en demeure, que seul le ministre des ITPR était compétent pour procéder à l’affectation ou à la désaffectation des immeubles du domaine public de l’Etat.

            Loin de vouloir engager une polémique avec le précité, il lui a recommandé de mieux s’imprégner du dossier, afin d’éviter de provoquer inutilement la colère des étudiants en ce début d’année académique. Jean-René Ekofo

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •