Vital Kamerhe : échec en appel

0
192

Le contraire aurait surpris. La demande de liberté provisoire introduite par les avocats de Vital Kamerhe en faveur de leur client a été rejetée hier par le Tribunal de Grande Instance de Matete siégeant au degré d’appel sous la présidence du juge Makengo assisté de Mudishi et Tshimanga (juges assesseurs) tandis que le ministère public était assuré par le magistrat Olela.

La décision du Tribunal n’a étonné personne dans la mesure où la défense n’a pas pu introduire des éléments nouveaux par rapport à ceux ayant fondé la conviction du premier juge à l’audience précédente. La ligne de défense. « Kamerhe n’a rien fait », c’est du déjà entendu. Tout comme « les contrats ont été signés par les ministres et non par le Directeur du Cabinet du Chef de l’Etat ».

            Problème. Les nombreuses questions soulevées au sujet du mécanisme d’attribution des marchés publics de gré à gré à des entreprises fictives ne permettent pas d’exonérer le prévenu de la responsabilité à lui imputée.

            Les décaissements des sommes importantes en liquide au profit de ces entreprises (47 millions de dollars américains au profit de SAMIBO, somme ayant aussitôt disparu du circuit bancaire, 10 millions de dollars US attribués à une quincaillerie, TRADE PLUS, pour acheter des médicaments périmés, etc) sont des indices sérieux de culpabilité qui nécessitent l’approfondissement des enquêtes et la confrontation  des personnes impliquées dans les différents détournements avec le détenu.

            Au regard de ce qui précède, la mise en liberté provisoire de Vital Kamerhe est de nature à entraver le déroulement normal de l’instruction.

Mal accueillie par les avocats de la défense, cette décision va dans le sens de l’évolution du dossier au niveau du Parquet Général près la Cour d’Appel de Kinshasa-Matete.

            Dans la journée de mardi 14 avril 2020 par exemple, on sait que deux événements majeurs se sont produits en rapport avec le déroulement de cette affaire. Il y a eu d’abord la fuite d’un frère ou neveu de VK, Shangalume Nkingi Daniel alias Massaro qui était attendu au Parquet Général de Kinshasa-Matete. Selon les sources généralement bien informées, l’homme est au cœur des différentes transactions financières menées par le prévenu VK et sa décision de se soustraire à la justice ne plaide pas en faveur d’une quelconque innocence.

            Au moment où Shangalume Nkingi Daniel alias Massaro prenait la poudre d’escampette, un témoin inattendu se présentait volontairement au Parquet. C’est l’ancien ministre chargé du Développement Rural, Justin Bitakwira Bihona Hayi. L’homme est manifestement excédé par la ligne de défense de VK tendant à faire porter la responsabilité du désastre aux  anciens ministres de l’équipe Tshibala. A visage découvert, il attaque bille en tête la vérité de Kamerhe. C’est faux ce qu’il dit, soutient-il et il apporte la preuve du contraire. Justin Bitakwira est déterminé à contribuer à la manifestation de la vérité et il déclare sa disponibilité à affronter le détenu, là où il est, pour que plus aucun doute ne subsiste au sujet du caractère mensonger de sa ligne de défense.

Des vrais-faux scoops

            Alors que le débat continue sur la disparition dans la nature de Shangalume Nkingi Daniel, les réseaux sociaux sont soudainement investis par une armée qui distille des scoops. Le fugitif a été appréhendé à Mont-Ngafula et conduit à la 4ème Rue pour être entendu, dit une source. Le fugitif s’est sauvé par pirogue pour rejoindre Brazzaville, révèle une autre source. L’homme a été finalement cueilli dans sa tanière de Kinshasa ce mercredi matin, au moment où la nation apprenait deux nouvelles funestes : la disparition de Mgr Gérard Mulumba Kalemba, cet homme de bon sens et Chef de la Maison Civile du Président de la République, et  Deogratias Rugwiza, Directeur Général de la DGDA (Direction Générale des Douanes et Accises) depuis quinze ans. Donnés sur le mode affirmatif, ces prétendus scoops montrent l’immense capacité de manipulation des personnes impliquées dans le dossier portant dilapidation des fonds publics dans le Programme d’urgence du Chef de l’État.

  Le Parquet accélère…

            C’est clair. Les deniers publics ont été détournés par des gens sans foi ni loi. Il faut tous les débusquer, pour permettre à l’État de rentrer dans ses droits et de parachever les travaux commencés.

            C’est sans doute pour cette raison que le Parquet Général près la Cour d’Appel de Kinshasa-Matete a mis le pied à l’étrier pour réunir les derniers éléments du puzzle.

            Dans une réquisition à expert courrier adressée au ministre Sele des Finances, l’Avocat Général Kaluila Muana Sylvain lui demande de lui transmettre, toutes affaires cessantes, les relevés ainsi que tous les documents relatifs aux paiements ou décaissements des fonds opérés en faveur des sociétés Trade Plus, Central Motors Sarl, Congo Immobilier, New Bapon et Leveque International, Afrique, Pie Marie Christine Trading, Africa Service Management Sarl, Société Probuild, SZTC Sarl, Safrimex et Société Kaser 3D qui ont reçu le financement du Programme d’urgence  des Travaux de 100 jours.

Nul doute, cette opération devrait permettre de s’assurer de l’existence effective de toutes ces sociétés, tant il est vrai que certaines d’entre elles n’existent que sur papier. Exister, travailler honnêtement et produire des résultats vérifiables, c’est aussi cela qui doit être prouvé.

            En clair, nous ne sommes pas encore à l’abri des surprises.L.P.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •