Vente aux enchères des diamants de la Sacim : la ministre des Mines a donné le go

0
69

La ministre des Mines, Antoinette N’samba, a lancé l’opération de vente aux enchères des diamants de la société congolaise Sacim, au siège du  Centre National d’Expertise, d’Evaluation et de Certification des Substances Minérales Précieuses et semi-précieuses (CEEC).  Ce service du ministère des Mines de la RDC a rassuré l’opinion que l’opération se déroule en toute transparence, de manière que  l’Etat congolais en tire le meilleur profit. Il s’agit d’une quantité des diamants industriels et de joaillerie.

            Débutée mardi 21 septembre, la vente aux enchères de ces diamants va se dérouler pendant cinq jours. L’adjudication interviendra le 28 septembre 2021.

            Avant de donner le go de cette opération, la patronne des mines en RDC a exprimé sa satisfaction de constater que les représentants des comptoirs des diamants vont acheter  cette matière précieuse conformément à la réglementation en vigueur.  L’autorité de tutelle s’est dit, par ailleurs, satisfaite de la quantité de diamants produits par la société Sacim  et a signifié qu’elle avait personnellement palpé du doigt ces pierres précieuses dans la salle technique du CEEC. Elle a aussi insisté sur la transparence de la procédure jusqu’à son terme.

            Il sied de noter que la RDC  est le quatrième producteur mondial des diamants bruts en volume et le 10e en valeur. L’année passée, des diamants provenant de la société congolaise Sacim étaient vendus en Belgique pour 7,8 millions de dollars. En novembre 2019, une vente aux enchères similaire, dans laquelle 350 000 carats avaient été échangés, a rapporté 5,92 millions de dollars.

            Pour l’année 2021 au 1er semestre, la République Démocratique du Congo a exporté au total 6 371 729,27 de carats de diamants (artisanal et industriel) pour une valeur globale de 65 millions 477.876,68 USD, selon les données du ministère des Mines.

            En détail, c’est 4 501 085,38 de carats de diamants artisanal exportés au 1er semestre 2021 pour une valeur de 38 millions 565.999,00 USD. Quant aux exportations des diamants industriels, elles ont été de l’ordre de 1.870.643,89 de carats pour une valeur de 26 millions 911.877,68 USD.

            Les Emirats Arabes Unis restent la principale destination des diamants de la RDC avec 4 185 007,35 de carats importés pour une valeur de 39 millions 14.956,93 USD.

            Le secteur minier en RDC demeure à ce jour le poumon de l’économie nationale (soit 60%).

Perside Diawaku

-0-

Rubrique : Point chaud

Affaire Chebeya : le procès rouvert

         Rouvert hier 22 septembre 2021 pour statuer sur les appels interjetés par les prévenus  Commissaire Supérieur Christian Ngoy Kenga et sous  Commissaire Supérieur Adjoint  Jacques Mubabo contre l’arrêt sous RP N°066/10 rendu par la Cour Militaire de Kinshasa Gombe , le procès qui oppose l’auditeur militaire supérieur, ministère public et parties civiles contre les prévenus Daniel Mukalay wa Mateso et consorts, accusés d’avoir assassiné les défenseurs des droits de l’homme Floribert  Chebeya et Fidèle Bazana est renvoyé  au 6 octobre 2021.

         Après l’ouverture de l’audience d’hier, la haute cour militaire, qui a procédé à l’  identification des prévenus, a procédé à la lecture des procès-verbaux antérieurs, vu le changement de la composition. Contre toute attente, cette même cour n’a pas été en mesure d’entendre les prévenus, faute d’une assistance d’avocat. Pour leur assurer une bonne défense à travers un procès équitable, cette haute cour, au cas où ces prévenus ne trouvent pas d’avocat pour leur défense, pourra leur attribuer une défense pro deo. Un autre motif de ce renvoi à la quinzaine est la non-saisine de la République. Sa présence dans ce procès est très capitale étant donné que les prévenus sont des policiers.    

         En effet, c’est en juin 2010 que l’activiste des droits de l’homme Floribert Chebeya était retrouvé mort à Mbenseke, dans la partie ouest de la ville, dans sa jeep. Quant à son chauffeur, Fidèle Bazana, son corps n’a jamais été retrouvé jusqu’à ce jour. Après enquête, il s’était avéré que quelques heures avant sa mort, il avait répondu à un rendez-vous au niveau de l’inspection générale de la police avec le général Jhon Numbi.

         En dehors de ces condamnés, qui ont interjeté appel pour contester le premier jugement, plusieurs autres suspects croupissent en  prison en attendant l’ouverture de leur procès. Quant au principal suspect, le Général John Numbi, il est actuellement introuvable. Les perquisitions opérées dans ces résidences n’ont pas permis de retrouver ces traces. La justice, qui est déjà à ses trousses, a retenu contre lui certaines infractions comme celle de la désertion.

         Pour rappel, Floribert Chebeya est le fondateur de l’ONG la Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme. Malgré la disparition brutale de son fondateur, cette structure n’a pas baissé les bras en ce qui concerne les dénonciations des violations des droits de l’homme en République démocratique du Congo. Après les premières condamnations, cette ONG n’a jamais cessé de demander la comparution du Général John Numbi. Ce dernier, selon la Voix de Sans Voix, reste la pièce maitresse pour l’éclatement de la vérité dans ce double assassinat.

Yves Kadima

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •