Vendredi noir : un accrochage sanglant fait six morts dont un policier

0
276


Le 13 mars 2020 était un vendredi noir pour le Commissariat provincial de la police ville de Kinshasa et pour la pègre kinoise. Ce jour-là, informés du projet d’attaques en série des stations d’essence et des agences de transfert des fonds, concocté par une redoutable bande des malfaiteurs, le Groupe de lutte contre la criminalité et les stupéfiants a déployé tôt ses limiers sur le terrain.

            A l’aube, des agents anti-gang  de cette unité spécialisée de la police, se sont rencontrés au point de ralliement. Tous étaient là pour suivre les dernières instructions de l’officier, chef d’équipe. L’air grave, le cœur battant la chamade, les voilà qui embarquent à bord de leur jeep de service surnommé «  cheval blanc ». Première destination : Kindele, une bourgade de Kinshasa, avec pour première mission, placer la nasse, avant l’arrivée des bandits. Ce dispositif dans lequel les bandits s’engouffrent facilement et qui se referme sur eux, pour être efficace, doit demeurer inconnu des malfaiteurs.

Malheureusement pour les enquêteurs de la police, ce jour-là, les membres de la pègre revenaient d’un safari nocturne de vols à main armée qui avait bien tourné. Un gros butin comprenant des sommes importantes d’argent, des bijoux, des effets vestimentaires et autres appareils électroménagers était réalisé. Cinq malfaiteurs, dont deux civils, regagnaient leur repaire à bord de deux véhicules, une voiture «ketche» et une moto.

            Sur une artère du quartier Kindele, les limiers du Groupe de lutte contre la criminalité et les stupéfiants aperçoivent un cortège suspect, à bord d’une «ketche» bondée des visages qui leur sont familiers. Certainement des bandits à main armée, multi-récidivistes et réputés dangereux. Ils décident alors de lancer la chasse à l’homme. La voiture s’est arrêtée brutalement. Les bandits, qui sortaient en catastrophe, ont pris les policiers pour cibles. Leur Jieep immobilisée, les limiers se sont déployés dans le secteur, s’abritant derrière des murs et des arbres. La fusillade a continué de plus belle. Et pendant que le sous-commissaire Gambi Monga Claude rampait pour mieux cibler les malfaiteurs, un bandit va tirer sur lui plusieurs coups de feu. Atteint aux points vitaux, le limier est mort courageusement sur ce champ de bataille.

Des bandits  sans cesse tirent sur des policiers

            De cet accrochage, quelques criminels ont également été touchés par balles. Une demi-heure plus tard, c’était le silence. Appelés en renforts, plusieurs dirigeants de la police sont allés constater les conséquences de cet accrochage sanglant entre policiers et bandits. Six morts dont le sous-commissaire Gambi Monga Claude alias De Kraka et cinq malfaiteurs.

            Selon des recoupements, deux bandits se sont volatilisés dans la nature, lors de cet accrochage particulier qui a secoué le quartier Kindele, vendredi matin, au moment où des commerçants et autres travailleurs cherchaient des engins de transport pour se rendre dans les marchés de la ville et au travail.

            Présentement, le vaste secteur englobant Mont-Ngafula et ses environs est devenu le nouveau terreau des malfaiteurs. Kindele, Kimbondo, Telecom, Camping, Cité verte, Matadi Mayo, Matadi Kibala, et autres, frissonnent au rythme des attaques quotidiennes des bandits armés qui sèment la terreur, au point que ce fief a même enregistré des assauts des malfaiteurs dans quelques postes de police. Le lieutenant colonel Kalanda Sasa des Fardc domicilié sur avenue Kayamba n°1, quartier Kimvula, à Mont Ngafula, a été visité par ces bandits qui l’ont abattu et emporté quelques biens, non sans tenter de violer sa fille de 15 ans.

            Dans leur folie meurtrière, ces mêmes bandits avaient attaqué sans y parvenir, la Boulangerie Sans Fil située dans la concession «Ma Koko», toujours dans la même commune de Mont-Ngafula, où ils ont abattu le policier Mavuyu Mafolo Anicet du commissariat de Kimbondo, avant d’emporter son arme FA n°1971 avec chargeur garni. C’est probablement avec cette arme qu’ils ont commis d’autres vols à main armée dans cette partie de la ville. Comme ce double meurtre perpétré sur Kodise Nginamao et Makengo Jacques, dans la nuit du 3 au 4 décembre 2019, dans la Boutique Cinquantenaire à «Trois maisons ».

            Samedi dernier, on apprenait que quelques membres de la pègre avaient se seraient repliés à Kisenso où la semaine passée, cinq maisons étaient visitées dans le secteur.             Pour la Coordination provinciale de la police judiciaire de qui relève le Groupe de lutte contre la criminalité et les stupéfiants, le meurtre commis sur le policier appelle au renforcement de la lutte contre le banditisme urbain. La chasse aux membres de la pègre devait se poursuivre sans désemparer jusqu’à l’arrestation des criminels en cavale. Car il faut que force reste à la loi pour que la paix et la sécurité reviennent dans la ville de Kinshasa.                                        J.R.T.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •