Université Chrétienne Internationale : 100 bourses pour des jeunes filles démunies

0
784

Cent étudiantes d’origines modestes pourront étudier gratuitement à l’Université Chrétienne Internationale (UCI) dès l’année académique prochaine grâce aux bourses mises à leur disposition par le rectorat et la chancellerie de cette université.

Annonce faite au cours d’une cérémonie haute en couleurs qui a eu lieu le samedi 28 novembre 2015 sur le campus de l’UCI, son recteur Ray Monte MC Murchy, a confirmé avoir accordé 50 bourses d’études aux jeunes filles pour une formation académique. Quant à la chancellerie de l’UCI, elle a, de son côté, octroyé 50 autres enveloppes à d’autres filles. D’une valeur de 400 USD l’an par récipiendaire, cette bourse est d’une durée de quatre ans, durée de formation en licence, selon le programme LMD. « Ces bourses exigent la méritocratie. Pour en être bénéficiaire durant les 4 années d’études, l’étudiante doit maintenir la moyenne cumulative de B dans le système LMD, soit l’équivalent de 80% », a tenu à préciser son chancelier Stephen Nzita.

Confirmant par ailleurs que ces jeunes filles proviennent des milieux modestes, l’autorité morale de cette institution a expliqué que ce programme vise à corriger les inégalités entre filles et garçons en matière d’accès à l’éducation.

Témoin de l’évènement, l’ambassadrice du Canada en RD Congo, Ginette Martin, a salué cette décision prise durant la célébration de 16 jours d’activisme contre les violences faites à la femme. « Le Canada croit fermement que c’est grâce à la formation de la jeune fille que le pays arrivera à la croissance. Priver la jeune de l’éducation est une forme de violence qu’il faut combattre… », a-t-elle appuyé, avant de plaider en faveur des valeurs auxquelles elle croit fermement. Notamment l’égalité entre l’homme et la femme. Sa présence à l’UCI, a-t-on appris, est le témoignage de l’amitié que le Canada partage avec le Congo et  également le soutien à son compatriote Ray Monte, recteur de l’UCI, dans son ambition de hisser l’UCI au niveau des standards internationaux.

            Point de vue relayé par le recteur canadien, celui-ci a réaffirmé qu’une fille sans éducation est perdue.

            Au sujet des critères ayant milité à la sélection des récipiendaires, le chancelier a déclaré que la candidate doit être affiliée à une ONG de base qui milite pour le bien-être de la population et être admissible à l’université, c’est-à-dire détentrice d’un diplôme d’Etat. « A leur arrivée, les filles ont été soumises à un test, celui d’écrire leur rêve et projet de la vie. L’UCI leur donne l’opportunité de s’épanouir dans les mines, gaz et pétrole, le droit, la médecine, l’économie ou la communication.

La participation de la chancellerie canadienne en RDC à l’événement a été morale », a-t-il conclu.

Tshieke Bukasa

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •