Une situation dangereuse pour Kinshasa : le pavé de Rawbank prive la Gécamines de ses moyens de défense

0
2612

Le Phare a annoncé, dans sa livraison d’hier, l’arrivée imminente à Kinshasa, d’une délégation du Trésor américain, dont la mission va consister vraisemblablement à vérifier si les sanctions frappant des personnes physiques et morales soupçonnées de blanchiment de capitaux, en vue du financement du terrorisme, sont scrupuleusement observées. Il se fait qu’au moment où va être lancée cette mission d’audit, un pavé venu de la Rawbank signale un mouvement suspect des fonds dans deux comptes – écran de la Gécamines, car ouverts au nom de la Gécamines- Développement, une entreprise publique liquidée dans les années ’90, avant la chute du maréchal Mobutu.

            Pour avoir demandé expressément à la Rawbank d’y loger des fonds- à savoir 128 millions d’Euros convertis en 148 millions de dollars aussitôt après leur rapatriement, découlant de son partenariat avec Ventora Development, une firme sous sanctions américaines, à l’image de Dan Getler lui-même, son propriétaire, la Gécamines aura du mal à convaincre les auditeurs du Trésor américain de sa non participation à des activités de blanchiment des capitaux avec des bailleurs du terrorisme international.

            La situation est fort préoccupant car susceptible de conduire le Trésor américain à placer la Gécamines, et partant, la République Démocratique du Congo, sur la liste noire des personnes physiques et morales interdites de transactions en dollars américains. Une telle mesure n’est pas à imaginer car de nature à ébranler l’ensemble du système bancaire congolais, compte tenu du réseau des banques et institutions financières en partenariat avec la Rawbank.

            D’aucuns pensent que le gouvernement congolais se devrait d’anticiper, en mettant hors d’état de nuire les mandataires de la Gécamines, coupable de n’avoir pas respecté la législation relative à l’ouverture des comptes bancaires et au rapatriement des capitaux, mais aussi d’avoir persisté à rester en relation avec Ventora Development, en dépit de l’indexation de cette firme par le Trésor américain et de son mentor, Dan Getler, comme probables financiers du terrorisme international. L’Etat congolais, visiblement de bonne foi jusque-là, devrait tout faire pour ne pas donner l’impression de vouloir couvrir les turpitudes du Comité de gestion de la Gécamines. Dans le cas contraire, il lui serait difficile d’échapper aux sanctions américaines, s’il était constaté que les comptes-écran de la défunte « Gécamines-Développement » ont servi au blanchiment des capitaux destinés à Ventora Development.

            Il est à espérer que tous ceux qui se sont précipités à politiser le dossier de l’endettement fictif de la Gécamines, à hauteur de 200 millions de dollars américains, au profit du groupe de Dan Getler, avec la complicité des magistrats du Tribunal de Grande Instance de Lubumbashi, se rendent maintenant compte de la situation dangereuse dans laquelle se trouve cette entreprise publique. Car, cela peut l’amener à mettre la clef sous le paillasson.                                      Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •