Une architecte escroquée : 15.000 Uds en fumée

0
50

 

Des escrocs en cravates, roulant à bord de grosses cylindrées et prétendant résider dans des hôtels de luxe, sont en circulation à Kinshasa depuis un certain temps. Leur modus operandi consiste à appâter leurs victimes à partir d’une offre d’achat de graines médicinales qui seraient très recherchées en Afrique de l’Est en général et au Kenya en particulier. 
Mlle Louange Kiala, architecte de son état, résidant dans la commune de Limete, vient de vivre une amère expérience. Contactée au téléphone par un inconnu qui se nommerait Laurent Mutombo et qui serait ingénieur de formation, lequel l’aurait appelée à partir de la ville de Beni, au Nord-Kivu, elle s’est entendue dire que son correspondant voulait acheter des graines médicinales. Celles-ci, selon les dires de l’intéressé, entraient dans la fabrication d’une série de médicaments traditionnels destinés au traitement des maladies telles que le diabète, la malaria, etc.
Pour ce faire, Laurent Mutombo lui a recommandé de s’adresser à un tradi-praticien habitant le quartier Kimbondo/Télécoms, dans la commune de Mont-Ngafula. Selon le même individu, chaque tas de graines  acheté à 10 dollars pouvait être revendu à 25 dollars, soit un bénéfice de 15 dollars. Il lui a transmis les coordonnées des intermédiaires prêts à acheter la marchandise cash et à l’acheminer à Beni.
Très intéressée, Louange Kiala s’est présentée chez le tradi-praticien de Kimbondo/Télécoms auprès de qui elle a acheté des graines pour l’équivalent de 1.000 dollars. Dès qu’elle s’est annoncée auprès du preneur, un prétendu étudiant de l’Unikin lui indiqué par l’ingénieur Laurent Mutombo, elle s’est fait remettre 2.500 dollars au comptant, soit un boni de 1.500 dollars.
 
Le fameux étudiant a, sur le champ, demandé à Louange Kiala de lui chercher encore une importante quantité de graines, jusqu’à hauteur de 15.000 dollars. Grisée par la perspective de devenir riche en un laps de temps, elle est retournée en catastrophe à Kimbondo/Télécoms. Ici, le tradi-praticien lui a dit que son stock était épuisé mais qu’elle pouvait s’approvisionner auprès d’un de ses confrères basé à Kisantu, dans le Bas-Congo. Munie des renseignements requis sur ce dernier, Louange Kiala a facilement retrouvé son nouveau fourniseur, auprès de qui elle a payé cash un stock de graines évalué à 15.000 dollars.
De retour à Kinshasa, elle a tenté d’appeler l’étudiant de l’Unikin mais son numéro de téléphone ne passait pas. Elle s’est alors rabattue sur celui de Laurent Mutombo mais celui-ci était aussi hors périmètre. Elle a alors pensé joindre le tradi-praticien de Kimbondo/Télécoms mais son téléphone non plus ne répondait plus. C’était pareil pour son confrère de Kinantu.
Louange Kiala, qui avait souscrit des emprunts auprès de plusieurs de ses connaissances, dans l’espoir de leur rembourser rapidement et de réaliser un bénéfice de 17.500 dollars, ne sait plus à quel saint se vouer. Les escrocs ont tous disparu de la circulation. Christelle Yesalaso Nzumba (stg/Ifasic)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*