Un père de famille somme ses enfants majeurs de quitter sa parcelle

0
94

Agé de 49 ans, Tshibangu Jean Claude ainsi que deux de ses jeunes frères Tshimanga Kadima et Kadi Kadima wa par leur père Kadima Yamintumba afin d’obtenir leur déguerpissement du toit parental. Examinant l’état de la procédure, le tribunal a requis le défaut à l’égard de Tshibangu Jean- Claude, faute de sa comparution ni personne d’autre en son nom. C’est ce qui ressort de l’audience publique d’hier mardi au tribunal de grande instance de Matete sous le RC 28363.

Assisté de ses avocats dans la présente cause, papa Kadima Yamintumba a soutenu que la présence de ces trois fils au sein du toit parental lui cause d’énormes préjudices. En tant que Kasaien, il y a des principes coutumiers qu’il faut prendre en considération lorsqu’un enfant atteint l’âge adulte, notamment les conséquences de «tshibau» et «tshibindi».

Avant de poursuivre que c’est chaque jour que ses enfants s’illustrent par des comportements déshonorant la famille. Bagarres régulières, injures publiques et autres pratiques immorales sont toujours au rendez-vous. C’est cette ambiance qui est même à la base de la mort de son épouse, mère biologique de ces enfants pourtant devenus adultes.

Réagissant aux propos de leur père, Tshimanga Kadima et Kadi Kadima wa Kadima, assistés de leurs avocats,  ont estimé que l’on n’est pas devant un tribunal coutumier. Avant de préciser qu’Il est normal que leur père puisse demander le déguerpissement des enfants du toit parental, c’est son droit le plus légitime. Seulement, ils implorent la clémence de la part de leur père. Cela, au regard des conditions sociales difficiles qu’ils traversent en ces temps. Raison pour laquelle ils réclament  un délai de deux ans pour évacuer le toit parental comme le demande leur père. Lequel a immédiatement rejeté cette demande estimant qu’à 49 ans, un fils ne peut plus bénéficier d’une clémence  du père pour quitter la maison parentale. Aussi, une fois que cette mesure de grâce sera  accordée, celui qui a 49 ans aura déjà un demi-siècle sur cette terre des humains. Or, c’est depuis 2013 que ces enfants ont toujours demandé et obtenu une mesure de grâce pour vider les lieux. Une fois cette demande accordée, a-t-il soutenu, ils ne la respecteront pas le jour promis. Cette fois si, a-t-il juré sur ces ancêtres, ces enfants devenus adultes doivent vider la maison compte tenu de leur comportement et cela, avant que ne survienne le pire.

Dans son avis donné sur le banc, le Ministère Public a indiqué que rien qu’à voir l’accoutrement et les interventions de ces enfants considérés comme des majeurs incapables, l’on peut directement comprendre qu’ils sont dangereux. Cela étant, pour cet officier du ministère public, il est nécessaire que ces enfants déguerpissent sans délai du toit familial. Le tribunal a pris la cause en délibéré pour un jugement devant intervenir le 27 février 2015.

Yves Kadima

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •