Un nouveau centre de recherche agricole pour l’Afrique centrale

0
72

Le  bâtiment qui abrite  désormais la représentation de l’Institut international d’agriculture tropicale (IITA) en République démocratique du Congo a été inauguré,  vendredi  3 août dernier par  le conseiller principal du chef de l’Etat, Libendele, en charge de l’agriculture.  Cette cérémonie s’est déroulée   en   présence  de son directeur général, le congolais Sanginga  Nteranya qui a fait le déplacement  du siège  de cet établissement de recherche agronomique basé à Ibadan  au Nigéria pour manifester  de  l’importance que l’IITA attache au développement et à la relance du secteur agricole en Rd Congo.

  Situé au numéro 4163, sur l’avenue Haut Congo en face de l’Agence congolaise de presse dans la commune de la Gombe, ce bâtiment est placé  dans la nouvelle politique managériale  adoptée par cet organisme de recherche  de décentraliser ses centres de recherche par la création de « hab » dans chaque région du  continent pour plus de d’efficacité. A la longue, non seulement que  ce bâtiment va progressivement accueillir l’ensemble de 15 grands centres de recherches internationaux  que compte le monde en matière agricole qui vise à trouver des solutions aux problème de famine, de malnutrition et de pauvreté. Ce Centre va aussi permettre de former de chercheurs congolais d’une grande qualité et même multiplier ce nombre par 10.


 Car, pour l’IITA, le secteur agricole des pays africains ne peut se développer sans un support de la science comme on le fait dans les pays développés.    S’agissant du choix porté sur la Rd Congo d’accueillir le siège sous-régional de cet organisme, Sanginga  Nteranya a indiqué  que ce choix s’est imposé à cause des atouts du pays  et de son potentiel agricolse afin de servir de point focal pour la recherche  dans  les 13 pays de l’Afrique centrale et de l’Est. Reparti en deux pools,  Est et Ouest, le bureau de Bukavu dans la province du Sud-Kivu va desservir  toute la sous-région des Grands Lacs, alors que le bureau de Kinshasa va couvrir les provinces de l’ouest de la Rd Congo. 
L’occasion faisant le larron, le patron de l’IITA a officiellement annoncé  que son organisme  fonctionnera dorénavant sur base d’un programme et non sur base de projets comme cela a  longtemps été le cas.


 En effet, présent en Rd Congo depuis près de trente ans, l’IITA,   sans remettre en cause sa  collaboration permanente avec l’Inera, les universités et les autres partenaires de recherche,  a été impliqué  dans deux projets majeurs en Rd Congo. Parmi ces projet, il y a  notamment  en 1974, le  projet de renforcement des capacités de l’Institut national pour l’étude et la recherche agronomiques (Inera)   et depuis 2001, il exécute toujours en collaboration avec  l’Inera,  un projet de recherche sur plusieurs phases  pour la réhabilitation de la culture du manioc dont la Rd Congo était le premier producteur africain  suite à la  baisse de production que connais le pays à cause du problème de  la mosaïque depuis 1990 et d’autres cultures tels que la banane plantain, mais, igname, soja, riz et Niebe. Mais aussi le volet formation qui a permis à l’Inera d’avoir aujourd’hui de chercheurs  hautement qualifiés de niveau mondial.
 Par  ailleurs, après ses entretiens avec le Premier ministre  Matata Ponyo, Sanginga  Nteranya a salué la volonté politique affichée par son interlocuteur de soutenir la recherche afin  de  faire de l’agriculture le fer de lance du  développement de la RD Congo et de son engagement  pour la révolution verte.   

VAN 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*