Un faux colonel interpellé au Commissariat provincial de la police

0
81

Les nombreux cas d’extorsion de véhicules enregistrés dans la ville de Kinshasa ont dévoilé depuis le premier trimestre de 2015, le recours par des malfaiteurs, à l’usage des armes, comme méthodes fortes, ou des produits somnifères inoculés dans les boissons, comme méthodes douces.

La tentative d’extorsion de la voiture Nissan de couleur bleu immatriculée 5731 AG 10, répond curieusement à cette seconde catégorie de méthodes douces, comme viennent de l’attester les résultats de l’enquête menée depuis toute la semaine, les OPJ du Groupement de recherche et investigations chargés de ce dossier.

Le plaignant dans cette affaire est un taximan habitant la commune de Bandalungwa, Makelele Pitchou, mieux connu dans les milieux des chauffeurs comme un jeune homme sans problèmes. Son affaire remonte au dimanche 5 avril 2015.

Le dimanche des Pâques, il roulait sur les artères de Kinshasa, reliant telle commune à une autre, à la demande de ses passagers. Et comme si dame chance lui souriait, il a été hélé par un client à l’allure imposante et à la tenue respectable. L’homme qui l’a abordé la semaine dernière, a fait observer le taximan Makelele Pitchou, pour convenir de la location de sa voiture Nissan de couleur bleu immatriculée 5731/AG 10, n’a usé que des propos rassurants et d’un sourire pour le convaincre. Après avoir galéré sur les routes de Kinshasa, Pitchou a cru que l’après-midi allait lui rapporter certainement gros et s’est empressé de répondre à cet appel.

Toujours accompagné d’un de ses proches, le fameux client a été conduit dans plusieurs parties de la ville.  Deux heures plus tard, le chauffeur devait réclamer un acompte pour les courses déjà effectuées, afin de s’approvisionner en carburant. Sa réclamation a été rejetée, au motif qu’il n’avait qu’à attendre la fin de la location pour régler tous les litiges.

Et c’est en ce moment que le client a exigé que les clés de contact soient confiées à son proche qui, a-t-il soutenu, était un bon chauffeur connaissant la ville de Kinshasa comme le fond de ses poches. Chose que Makelele Pitchou n’a pas acceptés. Il s’est alors rendu compte que les deux clients envisageaient de lui arracher sa voiture. Durant un des trajets, Pitchou, a laissé entendre une source, a dirigé la voiture vers un poste de police où, aussitôt, il a porté plainte contre les deux suspects.

Devant l’OPJ, l’un de deux hommes s’est présenté comme un colonel des Fardc, tandis que son acolyte a décliné son identité. Il prétendait être le lieutenant Kiboko.

            Acheminés sous bonne escorte policière à l’état-major du commissariat provincial de la police ville de Kinshasa, les deux suspects ne disposaient pas d’argent pour honorer la location de la Nissan, ni pour régler les courses déjà effectuées.

            Il s’est révélé qu’en réalité, les deux prévenus avaient monté cette stratégie de location de la voiture, afin d’amener le chauffeur dans un coin sans issue où le pauvre conducteur serait dépouillé non seulement des clés de la voiture, mais aussi de ses recettes de l’avant-midi.

            Les enquêteurs s’activent actuellement à rechercher les véritables identités de ces deux suspects qui n’en seraient pas à leurs premiers forfaits du genre.

            Pour l’instant, Makelele Pitchou a récupéré sa voiture, marqué par cet incident. Il a cependant repris son travail avec deux recommandations majeures, refuser des courses express et demeurer vigilant.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •