Un avocat à la barre pour abus de confiance

0
38

Le tribunal de paix de Ngaliema  a instruit, hier mercredi 27 février 2019, l’affaire opposant le nommé Jean-Claude Mbiya, commerçant de son état,  à Me Ricky Bula. Le précité est accusé d’abus de confiance portant sur la somme de 150 mille dollars. Selon l’avis du ministère public, il risque une peine de 6 mois, assortie d’unsursis et d’une amande de 400.000 FC.

            Les faits qui valent à l’avocat Ricky Bula des poursuites sont liés à une transaction portant sur une maison située dans la commune de Ngaliema,  précisément à Binza- Pigeon, ont martelé les avocats de la partie civile Jean-Claude Mbiya.

            Selon eux, cette maison fait partie de l’héritage laissé par le défunt père de leur client. Les héritiers ont décidé de la vendre pour  une urgence (les soins de santé de leur mère, la veuve). Et le prévenu sans pitié, a détourné cet argent, alors que du vivant du défunt Mbiya, il fut conseillé juridique dans l’une de ses entreprises.

            Ces praticiens du droit ont martelé que leur client avait été choisi liquidateur de la succession Mbiya après la mort de leur père. Ce dernier avait laissé plusieurs biens immeubles et meubles. La famille a décidé que l’une des parcelles laissées par le défunt soit vendue afin de leur permettre de faire soigner la veuve, car, cette dernière est malade depuis la disparition de son mari.

            «C’est dans ce contexte là que le plaignant Jean-Claude Mbiya avait contacté le prévenu Ricky Bula en tant qu’avocat, afin de les aider.  Peu après, l’acheteur s’était présenté, et la vente avait eu lieu en septembre 2018. C’est le cité qui avait perçu l’argent au nom du gérant de la succession. Depuis lors, la famille n’arrive plus à atteindre l’avocat. Il s’est volatilisé dans la nature. Il rejette tous les appels téléphoniques du citant Jean-Claude Mbiya », ont-ils soutenu.

            « Me Ricky Bula avait également perçu de l’argent auprès de l’acheteur dans le but de l’aider à obtenir les titres fonciers, c’est-à-dire procéder à la mutation. Ce dossier est sans suite. Il évoque la lenteur  de la justice. C’est pour ces motifs que le tribunal est saisi pour dire le droit.

            En réplique, Me Ricky Bula appelé à la barre a juré sur la bible que ni lui,  ni son cabinet ne sont mêlés à la transaction. Il a nié avoir signé un quelconque contrat de vente au nom de la famille Mbiya. Il accuse plutôt le plaignant Jean-Claude Mbiya d’avoir vendu la parcelle dont l’objet est devenu litigieux, à l’insu des autres héritiers.

            L’officier du ministère public, après avoir pris la parole pour donner son avis, a demandé au tribunal de condamner le prévenu à une peine de 6 mois assortie d’une amande de 400.000 fc car, selon lui, l’infraction d’abus de confiance est consommée.

            Le tribunal, après avoir entendu les deux parties en cause, a pris l’affaire en délibéré pour une décision à intervenir dans le délai légal.         

                               Murka

  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •