Tungulu : un certificat de décès troublant !

0
459
Armand-TunguluDéclaré officiellement « mort » dans sa cellule par la justice congolaise le 2 octobre 2010, Armand Tungulu, ce citoyen belge d’origine congolaise qui s’était fait arrêter après avoir caillassé le cortège présidentiel le 29 septembre de la même année, sur l’avenue de la Libération (ex-24 novembre), dans la commune de Lingwala, continue de faire l’objet d’une série d’interminables procès, en Belgique, entre sa veuve et la République Démocratique du Congo. On apprend, aux dernières nouvelles, que la plaignante et l’Etat congolais se sont de nouveau retrouvés devant la barre, le jeudi 03 décembre 2015, au Palais de Justice de Bruxelles.
A cette occasion, les avocats de la veuve Tungulu ont réitéré la demande de leur cliente de se faire remettre le certificat de décès de son défunt mari, qu’elle attend depuis cinq ans. Ils ont justifié cette requête par le souci de cette Congolaise de régulariser sa situation administrative en Belgique car, jusque-là, son état civil indique qu’elle est toujours mariée à Armand Tungulu.
Alors que le fameux document était toujours réclamé mais non exhibé, les avocats de la République Démocratique du Congo ont décidé, cette fois, d’accéder à la demande de la veuve Tungulu. Mais dès le dépôt de la pièce devant le président du tribunal de Bruxelles, la curiosité des avocats de la veuve Tungulu s’est portée sur la date du décès de l’homme. Et, surprise de taille, au lieu du 2 octobre 2010, le document remis à la justice belge porte bel et bien la date du 31 décembre 2010.
La partie civile a simplement pris acte et attend le jugement annoncé pour le 7 janvier 2016. Mais, d’ores et déjà, cette bourde administrative congolaise fait l’objet de commentaires divers dans les milieux de la diaspora congolaise de Belgique, dont le doute sur la version officielle de la pendaison d’Armand Tungu dans sa cellule est relancé. Mais qui s’est permis de mettre une date incorrecte sur le certificat de décès de ce belgo-congolais ? Les avocats de la RDC ont-ils pris connaissance de la pièce avant sa présentation à l’audience du jeudi 03 décembre 2010 au Palais de Justice de Bruxelles ? Avec une erreur aussi monstrueuse, comment veut-on que la veuve Tungulu et ses enfants fassent foi à la version officielle de la mort de leur mari et père ?
            On rappelle par ailleurs que depuis 2010, la veuve d’Armand Tungulu et ses avocats se battent en vue d’obtenir, dans un premier temps, le rapatriement de la dépouille du défunt en vue d’organiser ses funérailles en Belgique d’abord et, ensuite, formaliser des poursuites judiciaires contre les auteurs et commanditaires de sa mort. Toujours contestée, la thèse de son suicide dans sa cellule sera difficile à soutenir devant la justice belge avec la fausse date mentionnée dans son certificat de décès.
On signale aussi que la controverse reste intacte au sujet de la patrie d’appartenance d’Armand Tungulu au moment de sa mort. Pour sa veuve, son mari était citoyen belge au moment de son décès à Kinshasa tandis que pour les avocats de la République Démocratique du Congo, il est mort Congolais. Ce statut a tout son pesant d’or car s’il est finalement démontré que Tungulu avait déjà acquis le statut de « résident » en Belgique, le procès de ses présumés tueurs devrait, tôt ou tard, s’ouvrir, sur le territoire de l’ancienne métropole. Affaire à suivre.
Kimp
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •