Tueries au Kasaï : Kinshasa lance un appel à témoin

0
176

lambert_mende_omalanga_congo_zDans le souci d’éclairer l’opinion tant nationale qu’internationale
sur les allégations persistantes de violations graves des droits de
l’homme attribuées à des éléments des FARDC dans le village de
Mwanza-Lomba, (Province du Kasaï-Oriental) suite à la diffusion dans
les réseaux sociaux d’images atroces d’un vidéaste anonyme, le
Gouvernement de la RD Congo signale ce qui suit :
– Après la fin des opérations militaires contre le groupe terroriste
opérant sous la dénomination de « milice Kamwina Nsapu » à
Mwanza-Lomba, Katengayi et Katende, à proximité de Mbujimayi, avant la
diffusion des images susmentionnées sur la toile, la hiérarchie locale
des FARDC avait interpellé et mis à la disposition des Auditorats près
les Cours Militaires Supérieures de Mbujimayi (Kasaï-Oriental) et
Kananga (Kasaï-Central) quelques officiers et sous-officiers engagés
dans ces opérations et présumés auteurs d’abus et d’exactions diverses
en l’espèce.
– A la suite de la diffusion sur les réseaux sociaux de la vidéo
atroce qui défraye la chronique ces jours-ci, le Ministère congolais
de la Défense Nationale a sur instruction de S.E.M. le Président de la
République, Commandant Suprême des FARDC dépêché immédiatement dans
les deux provinces une Commission conduite par des hauts magistrats
militaires en vue de vérifier les faits, approfondir les enquêtes
autour de faits qui n’auraient pas été pris en charge et renforcer, le
cas échéant, les magistrats militaires en fonction à Mbujimayi et
Kananga. D’autres interpellations ont été opérées depuis lors en vue
de vérifier les faits allégués.
– Cette enquête se poursuit encore à ce jour. Le Gouvernement tient à
rassurer l’opinion que tout sera fait conformément aux lois tant
nationales qu’internationales, aux instructions opérationnelles et aux
règles d’engagement en vigueur au sein des FARDC fondées sur le
principe de la Tolérance Zéro à l’encontre de leurs violations et de
tous autres actes d’indisciplines dans les rangs de son personnel
militaire.
– La Commission des hauts magistrats militaires dépêchée dans les deux
provinces veillera en outre, le cas échéant à déterminer les
circonstances de temps et de lieu ainsi que les motivations réelles à
la base de la réalisation et de la diffusion anonyme des images
atroces contenues dans le posting vidéo susvisé, lesquelles, en l’état
actuel du dossier, ne correspondent pas aux faits pour lesquelles des
militaires indisciplinés étaient jusque-là poursuivis pour violation
des lois, instructions et règles pré-rappelées. Le présent communiqué
vaut donc aussi APPEL A TEMOIN car le Gouvernement est intéressé par
toute information supplémentaire sur les faits portés à la
connaissance du public dans les réseaux sociaux. Les dénonciations y
relatives peuvent être adressées aux services de l’Auditeur Général
des FARDC à Kinshasa ou ceux des Auditeurs près les Cours Militaires
Supérieures de Mbujimayi (Kasaï-Oriental) et Kananga (Kasaï-Central).

Fait à Kinshasa, le 22 février 2017

Lambert MENDE OMALANGA
(Ministre de la Communication et Médias)
Porte-Parole du Gouvernement

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •