Tshopo : bientôt la fin de la récréation pour les groupes armés

0
110

En séjour à Kisangani depuis le mardi 23 avril 2019, le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, a tenu un conseil provincial de sécurité avec les autorités politiques et militaires de la Tshopo. Il a été donné d’apprendre, à l’issue de cette réunion, qu’il a communiqué aux responsables militaires locaux des instructions strictes pour mettre fin au climat d’insécurité qui touche, ces dernières semaines, la ville de Kisangani ainsi que d’autres contrées de cette province, notamment le territoire d’Ubundu, à 128 kilomètres du chef-lieu de la Tshopo, où des combattants Mai-Mai se comportent comme dans une jungle. La traque et la neutralisation des groupes armés qui sèment l’insécurité dans cette partie de la République sont les deux missions confiées aux éléments des Forces Armées de la République Démocratique du Congo qui opèrent sur cette ligne de front, avec les moyens humains, matériels, logistiques et financiers conséquents.

            Le souci du Chef de l’Etat est que la province de la Tshopo retrouve une paix durable à brève échéance, de manière à mettre un terme au phénomène des déplacés internes, évalués présentement à 6000 personnes.

Université de Kisangani : appel à la réconciliation

            Comme souhaité par beaucoup de Boyomaises et Boyomais, le Président de la République a trouvé le temps, dans son agenda fort chargé, d’improviser une visite à l’Université de Kisangani, qui était le théâtre, en début d’année, d’affrontements internes ayant pour soubassement la haine intertribale entre autres autorités académiques, qui se sont organisées pour se constituer des milices chargées à la fois de leur protection et des opérations de chasse aux sorcières au niveau des camps antagonistes.

            Dans son adresse à l’ensemble de cette communauté universitaire, Félix Antoine Tshisekedi a lancé un appel à la réconciliation, à la fraternité, au respect des biens publics et des autorités académiques. Suffisamment au courant du cahier de charges de l’Université de Kisangani, il a promis d’apporter, progressivement, des solutions aux problèmes divers qui s’y posent pour le bon déroulement des activités académiques.

            On rappelle qu’au cours de la même journée d’hier, le Chef de l’Etat a procédé à la remise en service du pont neuf de 18 mètres, en béton armé, jeté sur la rivière Lubunga, sur la rive gauche de la ville de Kisangani. Cet ouvrage est appelé à relier la province de la Tshopo à celles de la Tshuapa, du Sankuru et du Kasaï Central.

            La veille, Félix Antoine Tshisekedi était à 60 kilomètres de Kisangani, pour l’inauguration du pont métallique de Lubuya, d’une longueur de 30 mètres, qui a le mérite d’ouvrir la province de la Tshopo à ses voisines du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et du Maniema.

            Il nous faut signaler que les deux ouvrages qui viennent d’être remis à neuf en l’espace de 25 et 36 jours, dans le cadre du programme d’urgence des 100 jours du Chef de l’Etat, grâce à un appui financier du FPI (Fonds de Promotion de l’Industrie), datent des années ’50. Frappés par la limite d’âge, ils s’étaient effondrés dernièrement, comme des châteaux de cartes, au passage des véhicules supérieurs à leurs tonnages ( 25 et 30 tonnes). A présent, ils sont en mesure de supporters des charges équivalentes à 60 tonnes.                                                                                Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •