Tripaix/Pont Kasavubu : Me Shabani suspecte la nouvelle composition

0
58

justice-balanceL’instruction de l’affaire inscrite sous  RP 10.384/5 relative à la citation directe de Me Idrissa Shabani wa Shabid, avocat au Barreau de Bandundu, contre son ancien client, Ernest Mwajiaku Ifeanyi, gérant des établissements Alitraco Motors, s’est poursuivie le lundi 03 mars 2014 au tribunal de Paix de Pont Kasa-Vubu. L’audience, qui devait être consacrée à la plaidoirie, en présence de Vodacom, a dû être écourtée à la suite d’un incident. En effet, la partie Ifanyi a récusé la composition de la chambre. Présentement, l’affaire est traitée par la chambre IV. Ce changement de la chambre V à la chambre IV est dû au comportement affiché par de la chambre V. Car, à la séance du 17 février dernier plusieurs incidents avaient été enregistrés, notamment le changement de la composition des membres de ladite chambre, l’expulsion des journalistes sur  demande de la partie citante et le non-respect de la procédure.

La chambre tenait à tout prix  à rendre un jugement avant dire droit avant d’examiner le fond du dossier, sans tenir compte des préoccupations de la partie citée.

Et, ce jugement avait entraîné, entre autres conséquences, la nécessité de la comparution de la société Vodacom en qualité de renseignante.

En plus, le citant Shabani a comparu sans son conseil lors de la séance de lundi, tandis qu’Ernest Ifeanyi était assisté.

Dans sa déposition, Me Idrissa s’est  plaint du fait que la chambre V a été récusée. C’est ainsi qu’il a menacé à son tour de faire la même chose. Car, dans l’affaire qui l’oppose à son ancien client, le dossier était instruit par la chambre V présidée par le chef de cette juridiction.

C’est sur demande de la partie citante qu’il y a eu changement de composition le 17 février 2014. La défense du cité avait accepté sans problème de poursuivre l’affaire avec un nouveau siège. Chose bizarre, aujourd’hui que la partie Ifeanyi a obtenu du tribunal le changement de composition, c’est autour  de Me Idrissa  de  suspecter  le tribunal.

Vu l’échec des séances de lundi 03 mars et du 17 février, les membres de la défense de la partie citée sont déterminés à poursuivre le dossier.« Que Vodacom comparaisse ou pas, nous sommes sereins. Notre souhait est de voir le tribunal  poursuivre l’instruction du dossier jusqu’à la plaidoirie », a souligné Me Charlène Yangazo Bukasa.

            Etant donné que  la partie Vodacom était absente à la séance du lundi 03 mars, le tribunal a jugé bon de renvoyer le procès au jeudi 20 mars 2014.

Pour rappel, l’affaire pour laquelle Me Idrissa avait plaidé conjointement avec Me Charlène Yangazo Bukasa au premier et au second degrés pour le compte du sujet nigérian Ernest, et pour laquelle il réclamait 25.000 dollars américains comme frais d’honoraires, opposait  son client à Benjamin Akamelu, patron des établissements Anamex Motors sous RPE 081, RPE 109, et RPA 11 899 au tribunal de commerce de la Gombe à Kinshasa  et à la Cour d’Appel de la même juridiction.

            Cependant, le tribunal de commerce avait attribué les dommages et intérêts d’un montant de 25 000 dollars américains.

            Après cela, Benjamin Akamelu, patron des Ets Anamex était allé en appel. A ce niveau, le juge de la Cour d’Appel avait ramené les honoraires de 25.000 à 2.000 dollars.

Dorcas Nsomue et

Perside  Diawaku

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*