Tripaix/Ndjili : neveux et oncles en procès pour un immeuble

0
66

L’immeuble à deux niveaux situé sur le boulevard Lumumba à Ndjili et qui abritait l’ex-CS Symka est l’objet d’un litige entre les héritiers de feu Sylo, une célébrité ndjiloise  décédé et leurs oncles paternels. Sylo Makali et les siens taxent de faux le protocole d’accord signé le 15 février 1985  qui fait de Makanisi Pascal et Joseph Makali, deux de trois associés de cet immeuble. Enregistrée au Tribunal de Paix de Ndjili sous RP 13574, cette affaire  a été plaidée hier mercredi 2 juillet 2014.

 Me Bula,  avocat des citants, a laissé entendre que les prévenus ont imité la signature du decujus en ce qui concerne ce protocole  et dont le contenu contient des faussetés.

Dans le protocole, il est dit ceci : C’est le 15 février 1985 que  les 3 frères ont décidé de s’adonner à l’exploitation artisanale du diamant  , de créer  le CS  Symka   En réalité, cette école a existé avant 1985, a-t-il indiqué.  Les trois associés avaient désigné Sylo comme leur représentant  Aujourd’hui, les enfants du decujus reçoivent des menaces de la part des prévenus qui ont intenté   des procès au TGI Ndjili, à la Cour d’Appel de Matete et  au Tribunal de Commerce. Les prévenus se battent  pour l’annulation l de ce protocole d’accord et la vente dudit immeuble.

Vérités gênantes

Makanisi a affirmé avoir acquis la parcelle sise avenue Laic 54 bis en 1982. A  l’époque, son frère aîné avait de sérieux problèmes sociaux. C’est ainsi qu’il avait  accepté de lui donner le gîte, a-t-il indiqué. En ce moment, il  se rendait en Angola et recevait du diamant en échange des soins qu’il dispensait aux blessés de guerre.

Pour acquérir ce lopin de terre, il avait prétexté s’investir dans le domaine social et s’était adressé aux notables de Ndjili qui avaient accédé à sa demande. Il a dit que lui et  son autre frère passaient de longs séjours en dehors de Kinshasa et  l’aîné, mal loti à l’époque, vivait au quartier 12 pour  superviser les travaux de construction de l’immeuble.

L’autorisation de lui accorder un lopin de terre sur l’avenue Laic était venue du Conseil de zone de Ndjili. En 1989, Symka est devenu une école agréée.

C’est sur insistance de leur père que l’aîné a été promu à la tête de leur  trio d’affaires , a fait observer le premier prévenu. A  ce titre, il représentait Symka.

Il a affirmé s’être investi dans les démarches pour l’acquisition des titres fonciers (demande de terre, certificat d’enregistrement  par exemple )  et sa signature apparaît au bas de différents documents.

Pourquoi  votre frère reconnu comme simple « représentant » apparaîtra aussi  comme   « propriétaire » dans certains documents ?

L’incriminé a affirmé ne pas reconnaître certains écrits insérés par devers lui dans ces documents.

Une vive tension a failli naître sur le statut exact du second prévenu. Visé,  Makali a allégué avoir rejoint l’armée très tôt mais a été mis à la retraite dans la seconde moitié des années 70 en raison de graves blessures contractées au front. Les descentes dans les circonscriptions foncières de Lukunga et Tshangu sont programmées mardi prochain.

Jean- Pierre Nkutu  

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*