Traque des agents de la PCR véreux : vivement la mise en place d’une brigade professionnelle

0
136

Les tracasseries policières dont sont objet les conducteurs des engins automobiles à Kinshasa devraient pousser les autorités du secteur à arrêter des mesures drastiques afin de rappeler à l’ordre les agents commis à la circulation routière. La crainte, avec toutes ces séries des revendications des chauffeurs, est que la situation tourne un jour au vinaigre avec des conséquences désastreuses.

Au regard des nombreuses dénonciations  au sujet du comportement incivique de certains agents de la police routière qui prennent plaisir à truander les chauffeurs, plusieurs observateurs proposent la mise sur pied d’une autre une brigade policière spéciale, professionnelle et patriote, dont l’objectif sera de traquer leurs collègues qui ne travaillent pas selon la règle de l’art. Car la police des polices, censée traquer les agents de l’ordre qui se méconduisent, a montré ses limites en la matière. En effet, ils se sont aussi transformés en roulage en truandant encore les paisibles conducteurs au lieu de rétablir de l’ordre en s’assurant que les agents de la PCR font correctement leur travail.

            Ainsi donc, les agents de cette brigade spécialisée pourront se déguiser en citoyen ordinaire  pour ne pas être facilement identifiable, en  se postant par exemple dans un carrefour,  pour mieux traquer tous ces policiers véreux. On se souviendra qu’à une certaine période, le Général  Sylvano Kasongo avait organisé la traque de plusieurs agents de la PCR qui tracassent les conducteurs, en se déguisant lui-même à un simple passager à bord des bus.   Habillé en tenue  civile, le numéro 1 de la police à Kinshasa, accompagné de son équipe, avait traqué, à l’issue de sa ronde dans les grandes artères de la capitale,  35 policiers de la circulation routière pris en flagrance. Au marché de la liberté à Tshangu, par exemple, un roulage avait même tenté de rançonner le chauffeur du mini-bus au bord duquel se trouvait le Général Kasongo. Il faut noter que pendant cette période, les tracasseries routières avaient sensiblement baissé.

            Une certaine opinion pense que si l’on mettait en place un service spécialisé dans la traque des roulages véreux et qui travaillent avec professionnalisme, cela pourrait réduire sensiblement les bavures commises par ces agents et nous éviterait des scènes comme celles  auxquelles nous avons toujours assisté, nous avons assisté hier à Kinshasa. Il est inconcevable qu’on retrouve des roulages en meute dans un carrefour de grand trafic sans pourtant  fluidifier la circulation. Au contraire, ils attendent prendre en  embuscade des conducteurs malchanceux, qui sont sommés de leur verser quelques billets de banque sous peine de les amener dans un commissariat de la police le plus proche. Il y a aussi des policiers de circulation fuient leur poste d’attache pour s’agglutiner autour d’un rond-point souvent juteux afin de rançonner des automobilistes. Ce comportement laisse à croire que les embouteillages auxquels les conducteurs sont confrontés sont souvent entretenus par eux-mêmes les roulages afin de bien mener leur business qui consiste à rançonner les chauffeurs. Il est plus que temps de mettre fin à ce comportement et de règlementer ce secteur.Perside Diawaku

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •