Transco : le Cabinet du Chef de l’Etat désamorce la bombe

0
143

Les ministres des Finances et du Budget, ainsi que le comité de gestion de la Transco et la délégation syndicale de cette société étaient hier mardi 29 janvier 2019 autour de Vital Kamerhe, Directeur de cabinet de l’Etat, pour échanger autour de la grève qui a
sérieusement perturbé, lundi et mardi, le transport en commun à Kinshasa. Après audition de toutes les parties, le Dircab a fait part aux uns et aux autres de la décision du Chef de l’Etat voir les arriérés des salaires ainsi que les avantages sociaux des grévistes
être liquidés, en urgence, par le Trésor public.
La seconde instruction présidentielle consistait en la reprise, dès
ce mercredi 30 janvier,  du transport des passagers par les bus
Transco à Kinshasa. Il a également été recommandé un dialogue
permanent entre l’employeur et les syndicalistes pour maintenir la
paix sociale. La troisième instruction a porté sur l’impératif de
renforcer le charroi, par l’achat de nouveaux bus, dans un proche
avenir.
On rappelle que le personnel de la Transco, particulièrement, les
chauffeurs et  receveurs, réclamaient un à deux mois d’arriérés de
salaires impayés, en plus des primes liées à l’exploitation. A les en
croire, le principal goulot d’étranglement se situait au niveau de la
Direction générale, tenue par Kirumba, qu’ils accusent de mégestion
caractérisée. Ils exigeaient, avant toute reprise du travail, le
limogeage de ce dernier ainsi que le paiement leurs salaires et
primes.
De son côté, le DG Kirumba plaidaient non coupable  et rejetaient les
allégations de retards de paiement des salaires et primes. Selon sa
version des faits, la paie du mois de janvier n’avait enregistré qu’un
retard de trois jours liés aux formalités bancaires.

Jean-René Ekofo

  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •