Thambwe Mwamba hier aux ambassadeurs : personne ne va écarter Tshisekedi et Kamerhe

0
49

Le ministre des Affaires étrangères Alexis Thambwe Mwamba a conféré avec le corps diplomatique accredité à Kinshasa.  Le mardi 1er mars 2011, le ministre des Affaires étrangères SEM Alexis THAMBWE-MWAMBA a réuni au Salon Rouge du Ministère le Corps Diplomatique accrédité à Kinshasa, pour une importante communication du Gouvernement portant essentiellement sur quatre points essentiels à savoir :

1. DU COUP DE FORCE DES ASSAILLANTS DU 27 FEVRIER 2011

 Le ministre des Affaires étrangères Alexis THAMBWE-MWAMBA a informé les membres du Corps Diplomatique que le dimanche 27 février en début d’après midi, plus de 30 personnes armées des kalachnikovs et des armes blanches avaient projeté de mener des actions dans la Capitale en se répartissant en 4 groupes.
 Le premier avait comme objectif d’attaquer la résidence officielle du Président de la République.

 Le second groupe avait comme mission d’investir le camp Kokolo, le troisième devrait prendre l’aéroport de Ndjili, et le quatrième, enfin, avait pris position vers le Rond Point Mgr Kimbondo en bordure des communes de Bandalungwa et Ngiri Ngiri. 3
Le ministre a fait savoir que l’objectif de ces assaillants était manifestement de créer au départ une situation de troubles avec espoir qu’ils pourraient rallier les personnes et créer une situation de désordre dans la ville. Les forces de sécurité ont rapidement réagi et le groupe qui s’était dirigé vers la résidence du Président a tué un garde républicain mais sept d’entre eux ont été tués. Le groupe qui est allé au camp Kokolo a abattu la sentinelle, mais trois d’entre eux ont été tués, un a été grièvement blessé et décédé le lendemain. Le groupe qui s’est dirigé vers l’aéroport a été neutralisé et aujourd’hui plusieurs dizaines de ces personnes ont été arrêtées et sont en train d’être interrogées.
 Le ministre des Affaires étrangères a signalé, en outre, que plusieurs mesures ont été prises. Le Conseil Supérieur de la Défense a évalué la situation, examiné les failles dans le système, et a, sous la direction du Président de la République, pris toutes les mesures qu’il faut pour :
Primo, que ces choses ne puissent plus se répéter ; Secundo, pouvoir punir les auteurs et les commanditaires
 Le ministre a rassuré le Corps Diplomatique qu’il n’y a pas de raison de s’alarmer ni de prendre peur car la sécurité est totalement garantie dans la ville. Elle est comme ce qu’elle était la veille de ces évènements. Le Chef de la diplomatie congolaise a fait noter qu’aucun déplacement des autorités étrangères qui devaient venir en RDC n’a été décommandé, aucun couvre-feu n’a été décrété mais toutes les dispositions sont prises parce que l’enquête a pu très rapidement donner les indications très précises sur le groupe, comment il est organisé et comment il opère.

2. DES ELECTIONS

Dans ce chapitre, le ministre des Affaires étrangères a tenu à porter un démenti catégorique sur deux rumeurs qui courent tant au pays qu’à l’étranger. 4
Il s’agit de folles rumeurs ci-dessous :
a. L’imminence de la modification de la loi électorale pour imposer une limite d’âge des candidats aux élections présidentielles de novembre 2011, allusion faite à Monsieur Etienne TSHISEKEDI Wa MULUMBA, septuagénaire et Président actuel de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, UDPS ;

b. Une autre modification de la loi électorale visant à écarter de la compétition électorale de novembre 2011 tous les partis politiques n’ayant pas deux ans d’existence, allusion faite au parti de Monsieur Vital KAMERHE, Président du tout nouveau parti d’opposition UNC dont la sortie officielle a eu lieu à la fin de l’année dernière.
 S’agissant de la première rumeur, le ministre des Affaires étrangères y a réservé un démenti formel, arguant qu’il n’y a aucune restriction à ce que même un candidat centenaire puisse se présenter aux élections de novembre 2011. Il a souligné que Monsieur Etienne TSHISEKEDI est un candidat sérieux, un concurrent sérieux. Donc il vaut mieux affronter Monsieur Etienne TSHISEKEDI que n’importe quel autre candidat, a souligné le ministre.
S’agissant de la deuxième rumeur, le ministre a relevé qu’il n’y a non plus de restriction liée à la nouveauté ou à l’ancienneté de partis politiques pour prendre part aux prochaines élections. Monsieur KAMERHE et son parti sont libres de se présenter aux élections et à tous les niveaux.

3. DE LA QUESTION IVOIRIENNE

Le ministre des Affaires étrangères a informé le Corps Diplomatique que la position du Gouvernement Congolais sur la question Ivoirienne de l’heure est conforme à celle arrêtée d’abord par la CEDEAO,  organisation sous régionale dont fait partie la Côte d’Ivoire, ensuite par l’Union Africaine, et enfin par les Nations Unies. Cette position est celle qui reconnait en Monsieur Alassane OUATTARA le Président élu de la Côte d’Ivoire à qui Monsieur Laurent GBAGBO devrait laisser la place, pour lui permettre d’assumer ses fonctions.
 S’agissant de l’option militaire envisagée par certaines obédiences politiques et diplomatiques, le ministre des Affaires étrangères a signalé que la RDC est pour une option pacifique en lieu et place d’une option de la violence qui viendrait ajouter la souffrance de la population Ivoirienne.
 Le ministre a, par la suite, fait part de son inquiétude de voir la situation se dégrader avec la recrudescence des hostilités signalées actuellement à Abidjan et dans d’autres localités de la Côte d’Ivoire dont Yamoussoukro.
 Par ailleurs, le ministre a indiqué qu’il a demandé au Protocole d’Etat d’instruire l’Ambassadeur de Côte d’Ivoire à Kinshasa SEM Guillaume AHIPEAUD de s’abstenir de toute activité diplomatique, le priant  d’éviter toute activité diplomatique jusqu’à ce que la situation se clarifie, en ce compris les invitations entre ambassadeurs. Ce diplomate Ivoirien était Doyen du Corps Diplomatique. Avec l’option évoquée ci-haut, le Vice-Doyen, l’Ambassadeur du GABON à Kinshasa, SEM Ferdinand MASSALA MALONGA assume présentement les fonctions de Doyen du Corps Diplomatique à Kinshasa.

4. DE LA QUESTION LIBYENNE

 Au sujet de la situation qui prévaut présentement en Libye, le ministre des Affaires étrangères Alexis THAMBWE-MWAMBA a dénoncé totalement les violences telles qu’elles se déroulent. Il a relevé qu’il considère que la situation telle qu’elle s’est passée aussi bien en Tunisie qu’en Egypte a amené des changements sans que l’on ne puisse dire qu’il y a eu des massacres intenses.
 Le ministre a informé le Corps Diplomatique que le Gouvernement Congolais est très choqué par ce qui se passe aujourd’hui en Libye car quand il y a mort d’homme, même s’il n’y a qu’une seule personne, c’est déjà beaucoup. C’est pour cette raison qu’il a instruit l’Ambassadeur Christian ILEKA ATOKI, représentant permanent de la RDC aux Nations Unies, pour voter en faveur de l’exclusion de la Libye du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies.
 Enfin, le ministre a approuvé le point de vue que le Gouvernement Sud africain a proposé au Gouvernement en ce qui concerne la possibilité d’évacuation de la plupart des diplomates de la SADC se trouvant en terre libyenne, et les diplomates Congolais ont été instruits pour qu’ils se préparent à quitter la Libye.
En définitive, le ministre des Affaires étrangères Alexis THAMBWE-MWAMBA a fait part de son immense souci pour nos compatriotes qui sont présentement en Libye. En effet, les statistiques indiquent 300 congolais mais pour la plupart en quête de l’Eldorado européen et espérant au départ de la Lybie pouvoir partir outre Méditerranée.
 Le ministre a tenu à dire fermement au Corps Diplomatique qu’il n’y a pas de mercenaires congolais en Lybie. Par contre, il n’y a qu’une colonie congolaise de 300 personnes que le Gouvernement Congolais s’attèle à évacuer.
 Le ministre des Affaires étrangères, estimant que le Corps Diplomatique devrait être informé par la voie la plus autorisée et que celui-ci a droit à l’information, a terminé cette communication par remercier ses hôtes et leur a souhaité une bonne journée de travail.

Commencée à 9 h 00, cette réunion a pris fin à 9h 25. 7
Fait à Kinshasa, le 1er mars 2011

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*