TGI/Matete : une offrande divise «La Borne» et Ndiang Kabul

0
331

  L’église « La Borne » était hier mardi 15 mars 2011devant la barre, au Tribunal de Grande Instance de Matete, dans un dossier de conflit parcellaire enregistré sous RC 24343. Le plaignant s’appelle Ndiang Kabul, frère de la défunte Ndonga Mundela. On laisse entendre que cette ancienne fidèle avait, de son vivant, fait don de ses deux parcelles contiguës, dans la commune de Mont-Ngafula, à cette communauté religieuse.

 Mais à l’audience d’hier, Ndianga Kabul, tout en reconnaissant le fait, a toutefois relevé la clause d’une mise à disposition provisoire, pour des activités religieuses, au terme de laquelle « La Borne » devait restituer lesdites parcelles à leur propriétaire ou à ses héritiers. Selon la même partie, feue Ndonga s’était brouillée avec le pasteur Jacques Reno, pour la simple raison qu’elle avait exprimé la volonté de récupérer ses parcelles, au vu des constructions qui commençaient à y pousser mais aussi du fait que le précité avait réussi à se faire délivrer un faux certificat d’enregistrement au niveau du Conservateur des titres immobiliers de la Funa.
 Contrairement aux attentes de la requérante, elle s’était vue traduite en justice, au Tribunal de Grande Instance de la Gombe, pour avoir voulu remettre en cause sa promesse.

 Selon la version des avocats de l’église « La Borne », celle-ci ne force jamais la main à ses fidèles en matière d’offrandes. Pour le cas de feue Ndonga, c’est en toute indépendance qu’elle avait décidé de céder ses deux parcelles à l’église, en 1997, pour la construction d’un temple et des bureaux. Selon les mêmes avocats, la mise en valeur avait coûté plus de 200.000 dollars américains. Il semble que Mme Ndonga, qui habitait en face, était toute heureuse d’être épargnée des va-et-vient vers Binza/UPN, où se trouve l’église mère.
 Aussi « La Borne » était-elle surprise de voir l’intéressée renier sa parole en 2007. D’où le procès intenté contre elle en 2007 au TGI/ Gombe et gagné par l’église, qui avait fait annuler le certificat d’enregistrement délivré à la donatrice peu après la fin des travaux de mise en valeur. Finalement, revenue aux bons sentiments, Mme Ndonga avait renoncé à son idée. Mais sa famille, ont relevé les avocats de « La Borne », acontinué à l’intoxiquer. Ce qui vient de se traduire par un nouveau rebondissement judiciaire au niveau du TGI/ Matete.
 Tout en sollicitant une descente sur le terrain pour constater l’effectivité de la mise en valeur, « La Borne » a demandé au tribunal d’annuler les certificats d’enregistrement détenus par Ndiang Kabul, le frère de feue Ndonga. Affaire à suivre.
          Anto Matempu T.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*