Tentative manquée d’enlèvement d’une jeune fille

0
194

On en sait un peu plus aujourd’hui sur la tentative manquée d’enlèvement d’une jeune fille à bord d’une voiture «ketche». Cette agression perpétrée par des malfaiteurs très recherchés par le Commissariat provincial de la police, ville de Kinshasa,  et qui fait l’objet d’enquête policière au niveau du Groupe de lutte contre la criminalité et les stupéfiants, avec appel à témoins, a été enregistrée le samedi 6 septembre 2019. Venons-en aux faits commis par ces délinquants.

            Ses courses terminées au centre-ville, Mlle Mudiadambu Kamwineta Mamita, domiciliée sur avenue Mbomu n° 181, quartier Lufungula, commune de Lingwala, attendait un taxi sur le boulevard du 30 juin à destination du rond-point Huileries. Debout, en face des Galeries du Centenaire, elle répondait par moments à quelques appels téléphoniques. Une voiture ketche de marque Toyota IST de couleur jaune, est venue s’immobiliser à son hauteur. A bord, elle a trouvé outre le conducteur, une dame et un homme. Par ces temps d’insécurité grandissante à Kinshasa, elle était rassurée par la présence de la femme et a cru que le déplacement serait sans incident.

            Il est 18 H. Et la tombée progressive de la nuit sur la ville laissait quelque visibilité aux piétons de voir des passagers à bord des véhicules qui roulaient sur les artères de la Gombe et de Lingwala. Loin de la destination, au croisement de la rue Itaga et de l’avenue des Huileries, la voiture Toyota IST immatriculée 3977 AW 01 à bord de laquelle Mlle Mamita a pris place, était coincée dans un embouteillage. Quelque chose de bizarre se passe dans cette «ketche». Selon des témoins, une passagère prisonnière dans cet engin, se débatait pendant que ses agresseurs tentaient non seulement de la maîtriser, mais de l’étouffer.

            Les premiers témoins ont lancé alors des cris d’alerte. Les badauds en colère ont alloué autour de la voiture cernée de toutes parts. Soudain, les portières se sont ouvertes. Deux bandits  ont tenté aussitôt de s’échapper. Plus rapides, les piétons réussiront à attraper des centaines de mères plus loin les malfaiteurs qu’ils ont soumis à la bastonnade.

            Entretemps, leur complice, la dame transportée à bord pour rassurer les potentielles victimes de sexe féminin, s’est éclipsée sans laisser des traces. Encore sous le choc, Mlle Mamita sera réconfortée par les éléments du Groupe de lutte contre la criminalité et les stupéfiants de passage dans les environs. Immédiatement, après les avoir sortis des griffes de leurs bourreaux, les policiers ont acheminé sous bonne escorte, à leurs bureaux,  les deux bandits ainsi que la victime. Cette même nuit, l’OPJ de permanence a identifié les deux agresseurs.

            Il s’agit de Bruno Mpeti Ilonga alias Djika, domicilié sur avenue Rivière n°5, quartier Funa, commune de Limete, et son comparse le fameux Tarcisse Bayimoma Ngobele alias Landry ou Cinquantenaire. Il habite sur avenue Mfumuvula n°20, quartier Kingabwa, commune de Limete. Leur voiture a été saisie comme pièce à conviction, et est présentement placée en fourrière à l’état-major du Commissariat provincial de la police. Les deux malfrats écroués à l’amigo de cette unité de la police, afin que d’éventuelles victimes puissent les identifier et les dénoncer, ne savent pas encore leur sort qui sera décidé par la justice. C’est la raison d’être du dernier communiqué du Commissariat provincial qui appelle les témoins à venir apporter d’autres accusations pouvant enrichir les investigations et enfoncer davantage Bruno Mpeti et Tarcisse Bayimoma.

            Passé le délai d’une semaine, si aucun élément nouveau ne lui est présenté, le Groupe de lutte contre la criminalité et les stupéfiants se verra dans l’obligation de transférer le dossier au Parquet de grande instance de la Gombe.

                                                                                                                    J.R.T. 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •