Symocel, ACAJ, AETA et consorts favorables à une réflexion nationale sur les réformes électorales

0
68

Les organisations de la société civile, Symocel, Acaj, Lucha, JPC,SC-RDC,AETA, CIPSC/ECC etc, acquises aux réformes électorales, ont, à la suite d’une séance de travail qui s’est tenue le samedi 13 juin 2020 au Lycée Monseigneur Shauba, formulé plusieurs recommandations en rapport avec la constitution du nouveau bureau de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) dans but d’avoir, en 2023 des élections apaisées, démocratique et transparentes. Lues par Bisphop Djamba de la Symocel, ces recommandations ont pour but de recadrer la demande de la Présidente de l’Assemblée Nationale faite aux confessions religieuses et une branche de la société en ce qui concerne la désignation des membres du bureau de la CENI. Se conformer à la demande, Jeannine Mabunda c’est mettre la charrue devant les boeufs.

-Au Président de la République, de matérialiser sa promesse faite à la nation en impulsant la réflexion nationale sur les réformes électorales avant la session de Septembre 2020.

-Au bureau de l’Assemblée nationale, d’arrêter le processus de désignation des membres de la CENI en cours

-A la plateforme des confessions religieuses et autres composantes en charge de la désignation des membres de la Ceni, d’arrêter toutes les réunions de désignation des membres  du bureau de la CENI et d’appuyer la réflexion nationale sur les réformes électorales préalables.

-Au peuple congolais, de se mobiliser et de demeurer vigilant pour éviter la confiscation de son droit de participer à toutes les phases du processus électoral en commençant par les réformes électorales préalables et la désignation des animateurs de ce processus.

         Par ailleurs, ces organisations de la société civile acquises aux réformes électorales ont rappelé à l’opinion tant nationale qu’internationale, qu’à l’issue des élections de 2018, les principales missions d’observations électorales, les organisations de défense des droits humains, les mouvements citoyens et plusieurs partis politiques ont appelé à des réformes électorales préalables.

         Rappelons en sus que le président de la République a convié tous les Congolais à des réflexions très approfondies sur des  réformes normatives  et organiques, devant conduire vers des élections  réellement libres, apaisées et transparentes dans lesquelles le peuple se retrouve et se reconnait dans ses représentants et institutions à mandat électif.

         Conscients que cette approche du Chef de l’Etat, les partis politiques, les missions nationales d’observations électorales, les mouvements citoyens, les organisations de défense des droits humains est la seule alternative  qui s’offre à la nation tout entière pour améliorer le système électorale et éviter tous les problèmes connus après les élections de 2006-2011 et 2018 et pour ainsi avoir une Commission Electorale Nationale Indépendance réellement indépendante vis-à-vis des politiques et dans lequel les membres ne sont pas sous leur influence.

         Pour eux, c’était une grande surprise de constater que l’honorable présidente de l’Assemblée Nationale ait invité la plateforme des confessions religieuses et une franche de quelques organisations de la société civile, à désigner les membres de la CENI avec devoir de les présenter au Bureau de l’Assemblée Nationale avant la clôture de la Session en cours.          Refusant une fois de plus de mettre la charrue devant les boeufs, sachant que les mêmes causes produisent les mêmes effets et, avec les ratés des élections antérieures à cause des personnalités très fortes et très puissantes au sein de la Ceni, parce que politiquement soutenues, en lieu et place d’une institution forte et indépendante, par cette  déclaration, les organisations de la société civile acquises aux réformes électorales préalables ont appelé tous les Congolais à se joindre à ce mouvement pour obtenir les réformes électorales impliquant toutes les parties prenantes et promouvoir ainsi la démocratie participative.                         Yves Kadima

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •