Sûr de lui, Barnabé Milinganyo Wimana avait annoncé l’assassinat programmé du Chef de l’Etat : 3 ans de SPP pour le «Kadogo majuscule»

0
515

Barnabé Milinganyo Wimana, président national du Rassemblement des Leaders Congolais, est condamné à 3 ans de servitude pénale, 2 millions des Francs Congolais et 10.000 dollars de dommages-intérêts, pour avoir proféré des menaces de mort et offensé le Chef de l’État. Le jugement a été  rendu le samedi 28 novembre 2020 par le tribunal de paix  de Gombe siégeant en procédure de flagrance dans les locaux du TGI/Gombe.

Motif de son arrestation

            Barnabé Milinganyo Wimana s’est illustré ces derniers jours sur les plateaux des télévisions  par des propos outrageant le Chef de l’Etat au sujet de la suite à donner aux consultations. Répondant à la question de savoir s’il n’y a ni coalition ni cohabitationrépondu comme suit (en lingala): Il y aura peut-être la démission du président. C’est l’unique voie facile. Si le président ne veut pas faire tuer les gens, il faudra qu’il démissionne (…).Alors il deviendra sénateur. S’il ne le fait pas, il sera alors tué par balle».

            Ce procès a retenu l’attention des milliers des Congolais qui ont vu se propager sur les réseaux sociaux les images du prévenu. Interrogé sur le sens de l’expression «Ako lia mbuma», il a répondu, sans gêne :  «il va manger le fruit.

            A la question de savoir ce qui se passerait si le Président refusait de démissionner, Mulinganyo a persisté et signé :  repond «Ako zwa mbuma alors». Une phrase qui dans le jargon kinois se traduit par : «Il recevra une balle».

            Dans sa version devant les juges, l’accusé a plutôt affirmé qu’il voulait simplement dire «Il mangera le fruit». Sa traduction littérale ne cadre pas toutefois avec le contexte

            L’analyste politique pro-FCC, Barnabé Mulinganyo, a été appréhendé dans la nuit du 27 au 28 novembre vers minuit, à Kinsuka Pompage, alors qu’il tentent de traverser le fleuve Congo par pirogue pour Brazzaville. 

            Il s’était déguisé, pantalon avec jeans, T shirt, un chapeau haut de forme et des lunettes fumées.  Après inspection corporelle, les agents ont retrouvé dans ses poches un téléphone portable Android de marque Alacatel qui a permis aux services de renseignement, de suivre sa trajectoire,  un tire-bouchon,  600$ US et 54.000 FC,  un carnet d’adresse neuf avec un seul numéro de Brazzaville, sans aucune pièce d’identité. 

            Après contrôle de son téléphone, les agents ont retrouvé des échanges des messages avec un numéro anonyme sur la préparation d’un assassinat contre le Chef de l’Etat, Felix Antoine Tshisekedi.

            Il convient de signaler qu’au cours de ce procès, le samedi 28/novembre 2020, le prévenu Barnabé Mulinganio avait déclaré être sous cure. D’où, il avait besoin de l’eau en permanence et se soulageait toutes les 45 minutes.

            A son entrée dans la salle d’audience, Mokia a demandé au tribunal de lui remettre le prévenu Barnabé pour qu’il lui administre quelques coups.

            Le ministère public, avant de solliciter sa condamnation pour Menace verbale d’attentats 1 an et offense au Chef de l’État à 2 ans, et en concours idéal, a requis la plus haute peine, à savoir de 2 ans de servitude pénale contre le prévenu Barnabé. Il a fait savoir au tribunal que «ce monsieur en sait beaucoup, il ne faut pas le négliger ni le minimiser. Il faut lui faire parler davantage… Nous avons perdu Laurent Désiré Kabila comme ça».

Murka

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •