Succession de Nangaa : la Cenco et l’ECC n’ont pas rompu le dialogue

0
226

Après les réunions du 8 et 9 juin au complexe scolaire Cardinal Monsengwo. à Kinshasa, les confessions religieuses, dont la Conférence Episcopale Nationale du Congo et l’Eglise du Christ au Congo ne sont pas parvenues à un consensus sur la désignation d’un candidat commun à la présidence de la CENI à proposer à l’Assemblée nationale.

Compte tenu de l’intransigeance des uns et des autres, et des rumeurs persistantes de corruption, aussi dans le souci de privilégier une solution consensuelle, le président de séance a jugé bon de ne pas procéder au vote qui reste le dernier recours conformément à la charte des confessions religieuses.

         C’est ce qui ressort du communiqué rendu public hier mercredi 10 juin 2020, par les organisateurs, au Centre lindonge, à Limete, ayant sanctionné ces concertations entre présidents des confessions religieuses.

         il convient de signaler que le dialogue n’est pas rompu. Les deux confessions religieuses continuent de croire en la possibilité de dégager un consensus au fil des conciliabules.                                            Murka

Communiqué de la présidence de la plateforme des confessions religieuses sur la désignation de leur candidat commun à la commission

électorale nationale indépendantE (CENI)

1. Le lundi 8 juin et le mardi 9 juin 2020, les chefs des confessions religieuses, membres de la plateforme de la République Démocratique du Congo (RDC), sur demande de Madame la présidente de l’Assemblée Nationale, se sont réunis au complexe scolaire cardinal Monsengwo dans le but de désigner leur candidat commun à la CENI.

2. Après échanges et évaluations, il n’a pas été possible de dégager un consensus sur une personne qui représente les valeurs auxquelles tiennent les confessions religieuses, entre autres le professionnalisme, l’éthique et l’indépendance vis-à-vis des acteurs politiques.

3. Compte tenu de l’intransigeance des uns et des autres et des rumeurs persistantes de la corruption, aussi par souci de privilégier une solution consensuelle, le Président de séance a jugé bon de ne pas procéder au vote qui reste le dernier recours conformément à la charte des confessions religieuses.

4. Nous espérons que dans les jours à venir, la recherche du bien-être du peuple congolais l’emportera sur toute autre considération et permettra aux confessions religieuses de trouver un consensus édifiant pour les pasteurs que nous sommes.

5. Nous saisissons cette occasion pour rappeler que le peuple congolais a besoin des nouveaux animateurs de la CENI qui redonneront confiance à  cette institution d’appui à la démocratie.

6. En marge de cet exercice du choix du candidat commun de la plateforme des confessions religieuses à la CENI, la CENCO et l’ECC informent l’opinion qu’elles font partie du consortium pour les réformes électorales auxquelles elles tiennent.

7. Puisse Dieu, l’Eternel, bénir la RDC et son peuple.

   Kinshasa, le 10 juin 2020

Cardinal Fridolin

AMBONGO

Archevêque de Kinshasa

Vice-Président de

la CENCO

Rév. Dr André Bokundoa

Président de l’ECC

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •