Subornation de témoins : audience de fixation de peine ce lundi : CPI, la requête de Bemba rejetée

0
280

L’audience réservée à la fixation de la peine de Jean-Pierre Bemba et consorts à la Cour Pénale Internationale, dans l’affaire de la subornation de témoins, aura lieu ce lundi 17 septembre à La Haye, au centre pénitencier de cette juridiction internationale. Mais avant la tenue de ladite audience, les avocats de la défense ont introduit une requête auprès des juges, pour exiger que soit considéré comme une preuve valable le document de pesse, qu’ils avaient déposé en annexe du dossier de leur client, pour confirmer l’existence d’une décision de la Cour Constitutionnelle de la RDC portant son invalidation de l’élection présidentielle de décembre 2018.

Le second point de leur requête portait sur la nécessité, pour la
CPI, de lever toute équivoque dans l’affaire de subornation de témoins
en publiant, de toute urgence, une déclaration indiquant que les
autorités congolaises n’étaient pas fondées à prendre unilatéralement
une quelconque décision en rapport avec le dossier de leur client tant
qu’il est encore pendant devant cette juridiction.
En réponse à cette requête, les juges de la Chambre de Première
Instance VII ont répondu par la négative. Dans une déclaration datée
du vendredi 14 septembre, ils ont fait savoir qu’elle était sans objet
et que toutes les parties, y compris les autorités congolaises,
devraient attendre l’audience de ce lundi 17 septembre pour être
définitivement fixées.
S’agit-il là d’un mauvais signal pour Jean-Pierre Bemba ? D’aucuns
pensent que oui. La réaction des juges de la Chambre de Première
Instance tant à accréditer la version de la condamnation définitive de
l’ancien vice-président de la République le 08 mars 2018 et que la
dernière formalité à accomplir reste la détermination de la nature de
sa peine.
On rappelle à ce sujet que Jean-Pierre Bemba et ses co-prévenu Aimé
Kilolo, Fidèle Babala et Arido avaient été condamnés à une année de
prison et que l’accusation comme la défense, mécontentes de cette
décision, avaient toutes les deux formés appel.
Mais au niveau de la défense comme des cadres du Mouvement de
Libération du Congo, on continue à soutenir la thèse de la non
condamnation de Bemba part une décision irrévocable de la CPI. C’est
dans cette optique que l’on persiste à croire à l’hypothèse de son
acquittement et de son retour dans la compétition électorale pour la
présidentielle de décembre 2018.
KIMP

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •