Sous l’impulsion de l’ONU/Femmes : le Consortium des messagers du genre en gestation

0
40

A l’initiative de l’ONU Femmes, des dizaines des journalistes se sont retrouvés le vendredi 12 avril 2019 à Béatrice Hôtel pour cogiter sur la mise en place d’un consortium des messagers  pour la participation de la femme en politique. C’est dans la perspective  de promouvoir une plus grande participation féminine aux élections de 2023.

Lors de cette journée de réflexion, les sociétaires de l’ONU Femmes et leurs hôtes ont débattu des problèmes liés à la création de l’asbl sus évoquée, de ce que la structure onusienne attend des chevaliers de la plume. 

            Dans l’entendement de Catherine Odimba, une des têtes pensantes de l’ONU Femmes, l’idée visée est d’avoir des points focaux  dans plusieurs coins du pays. Appelés dans l’exercice de leurs fonctions à la conception et la rédaction des articles et autres sujets, les hôtes de l’ONU Femmes sont  à priori mieux placés pour répondre à leurs attentes. Et avec cette kyrielle d’organes de presse, le pays peut être mieux arrosé en messages  censés être délivrés en divers supports et canaux et atteindre les cibles potentielles. 

            En somme, a précisé cette dame, ces messagers auront pour tâche de contribuer à améliorer l’image de la femme politique et pourquoi pas de la femme en général.  Ce travail va rejaillir sur toute la communauté.  Ceci est compréhensible quand on sait qu’il y a trop de stéréotypes sur la femme.

            Par ailleurs, le messager est appelé à donner l’exemple dans son milieu professionnel.

            La sociétaire de l’ONU Femmes a rappelé qu’en RDC, la structure onusienne met surtout l’accent  sur le cadre normatif. Et que les messages vont être puisés dans les textes internationaux et nationaux.  C’est ainsi qu’elle a spécifié qu’on pourrait recourir à nos traditions pour  faire passer les messages, ou encore élaborer des messages spécifiques pour chaque type d’institution politique.

            Au regard des explications fournies par Catherine Odimba, et sa consoeur Clémentine Sangana, également de l’ONU Femmes, les journalistes se sont retrouvés en carrefour pour parler du contenu, du calendrier et de la structuration du consortium en question.

Elaboration  des messages, identification des  cibles,  thématique,  genre, parité…… sont des modules qui vont être débattus dans les jours à venir lors des ateliers. Ils devaient  par la même occasion, se pencher sur la dénomination effective du consortium. Ce n’est qu’après avoir été renforcés sur les modules sus évoqués  que le go va être donné.

            Lors de cette journée de réflexion, les chevaliers de la plume ont à leur tour donné leurs suggestions relatives à la faisabilité du consortium en question.

Jean-Pierre Nkutu

  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •