SONAS : le personnel accueille dans la joie la nomination des fils-maison

0
326

Contrairement à certaines informations en circulation sur la toile faisant état du mécontentement ou mieux du rejet par le personnel de nouveaux dirigeants nommés par ordonnance présidentielle à la tête de la Société Nationale d’Assurances, (SONAS), c’est l’euphorie. Après un petit effectué sur le terrain, notamment à l’agence de Kinshasa/Limete ainsi qu’à la Direction générale de l’entreprise, Le Phare a constaté que c’est plutôt dans la joie totale que le personnel de la Sonas a accueilli la nomination de Lucien Ekofo Boyeme et Cie, qu’il considère par ailleurs comme un soulagement après une longue période de flottement entre les travailleurs et le staff dirigeant dû à la méfiance qui s’était installée entre les deux parties, à la tête de cette société d’Etat qui exerçait jusqu’il y a peu le monopole d’assureur en République Démocratique du Congo.

            Dès notre entrée à l’agence de Limete, nous avons remarqué que rien ne présageait un climat de malaise. Le personnel, vêtu en t-shirt frappé du label Sonas, était bien en place. Et on pouvait facilement lire la bonne humeur sur les visages des agents. Signe d’absence de toute anxiété, contrairement à ce qui se raconte sur la toile.

            Puis, nous sommes montés au premier niveau de l’immeuble abritant le service pour rencontrer les responsables de l’agence. C’est le chef d’agence adjoint, Lukuli, qui a nous accueilli et accepté de s’exprimer au nom du personnel, sur le changement intervenu à la tête de l’entreprise, à la suite de nouvelles nominations des membres du comité de gestion par ordonnances présidentielles rendues publiques le 30 avril 2019 dans la soirée.

            « Nous sommes très contents et fiers du Chef de l’Etat pour avoir nommé un fils-maison, qui connaît bien les problèmes de la Sonas, contrairement aux parachutés qu’on avait placés à la tête de la société qui, au lieu de s’occuper des problèmes des travailleurs, avaient plutôt des agendas politiques cachés à réaliser », a déclaré le chef d’agence adjoint Lukuli. Avant de renchérir que ce changement était très attendu par le personnel depuis longtemps, après des remous sociaux, en affirmant ainsi le soutien des cadres et agents aux nouveaux membres du comité de gestion de la Sonas pour qu’ils accomplissent bien leur mission.

A la Direction générale : la fête

            Après l’agence de Limete, nous nous sommes rendu à la Direction générale de l’entreprise sise au centre-ville à Gombe dans l’espoir de rencontrer les membres de la délégation syndicale nationale afin d’avoir leur réaction en rapport avec les nouvelles nominations intervenues à la tête de l’entreprise le lundi 30 avril 2019.

            Sur place, on apprendra que le syndical tel quel n’existe pas à la Sonas. D’où nous avons levé l’option d’approcher des agents totalement dans l’ambiance de fête, dont la plupart portaient des t-shirts frappés tantôt de l’effigie du nouveau Directeur général Lucien Ekofo Boyeme, tantôt d’un couple « Chef de l’Etat et nouveau DG ». Sur ces t-shirts, on pouvait lire : «Félicitations Lucien Ekofo Boyeme», ou «Merci FATSHI». A l’entrée de la cour, une banderole géante était affichée sur laquelle on pouvait lire : «Les cadres et agents de la Société Nationale d’Assurances remercient le Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, pour la nomination des fils maison dans le Conseil d’administration ».  Des rameaux étaient également accrochés à l’entrée principale de la Direction générale de l’entreprise.

            Quelques agents approchés ont laissé entendre qu’ils attendaient les nouveaux dirigeants pour les fêter. Comme à Limete, le climat était de pleine gaité et soulagement pour les travailleurs de la Sonas à la suite du changement intervenu à la tête de leur entreprise.

Des défis à relever

            Certes, le Président de la République vient de mettre fin à la crise qui couvait au sein de la Sonas, où la méfiance avait cédé la place à la confiance, censée marquer les relations entre le staff dirigeant et les masses laborieuses. La nomination de nouveaux membres du Conseil d’administration et du Comité de gestion a redonné l’espoir aux travailleurs d’œuvrer pour la prospérité de leur entreprise. Du coup, à vivre et entendre les propos des travailleurs, on peut conclure que la confiance renaît.

            Cependant, il faut noter que la Sonas n’œuvrera plus comme par le passé avec la nouvelle donne qu’est la libéralisation des services d’assurance. Après le vote et la promulgation de la loi portant libéralisation et l’ouverture à la concurrence, on est maintenant dans la phase de la matérialisation avec les nouveaux opérateurs qui viennent de s’installer.

            Face à cette réalité de la concurrence, les nouveaux dirigeants sont appelés à faire preuve d’esprit managérial afin de se maintenir et refuser de disparaitre, ou pire de se faire avaler par la concurrence.

            Dans un tel environnement, il faut se montrer compétitif et beaucoup investir dans la performance. Les travailleurs, en commençant par le staff, devront comprendre que les faveurs dont ils ont eu à bénéficier pendant 50 ans de monopole n’existent plus. Maintenant, c’est la loi du plus performant qui s’applique, et pour ce faire, chacun devra offrir le meilleur service qu’il faut pour mieux attirer la clientèle. Plus question d’imposition.

On rappelle que jusqu’en 1968, il y avait la concurrence dans le secteur d’assurance en RDC avant d’être avalée malicieusement au profit du monopole. Tout avait commencé par la création de service des courtiers d’assurance par lesquels les souscripteurs devaient passer avant d’être affiliés à la Sonas. Puis, au fil du temps, le régime avait fini par imposer le monopole du secteur, donnant ainsi à la seule Sonas tous les privilèges d’œuvrer sans concurrence. Dom      

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •