Sommet de l’UA à Malabo : F. Muamba justifie l’absence de J. Kabila

0
64

Francois_Maumba_Mwamba_Kinshasa_Congo_MLCL’absence remarquée du chef de l’Etat de la RD Congo, Joseph Kabila, était sur toutes les lèvres des participants au 23ème Sommet de l’Union Africaine organisé du 20 au 27 juin 2013 à Malabo, capitale de la Guinée Equatoriale. Interrogé à ce sujet, François Muamba Tshishimbi, coordonnateur du Mécanisme national de Suivi(MNS) des accotrds signés par la RDC pour la paix et la stabilité dans la région des Grands Lacs, notamment l’accord d’Addis-Abeba en 2013, a indiqué qu’il n’y a pas que ce que le président de la République peut faire directement. « Pendant que nous parlons, vous ne savez pas avec qui il parle au téléphone ici. Pendant que nous sommes ici, vous ne savez pas qui a fait l’aller-retour pour aller le visiter. Beaucoup de présidents sont venus et déjà repartis hier le 26 juin. D’autres sont repartis ce matin du 27 juin. Donc, chacun a son agenda, ses obligations, ses priorités. L’essentiel, s’agissant des questions aussi importantes que l’agriculture et la sécurité alimentaire débattues à Malabo, est que la République Démocratique du Congo n’est pas absente » a-t-il relevé.

Soulignant par ailleurs que le pays est représenté dans ce forum par le ministre des Affaires étrangères, Raymond Tshibanda, comme chef de mission, accompagné des ambassadeurs de la RDC à Addis-Abeba et à Malabo, François Muamba a précisé qu’il y a une répartition des tâches dans le travail abattu. « Nous n’allons pas imaginer que pour obtenir quelque chose, il faudrait qu’il soit là physiquement. Le président ne peut pas, hélas, être partout car il a plusieurs dossiers qui sont, à la fois, importants et urgents. Je répète, nous l’avons fait par le passé, lorsque les missions sont claires, les objectifs à obtenir sont clairs, et lorsque les hommes qu’on déploie ont les compétences nécessaires, la RDC arrive à obtenir des résultats», a-t-il fait noter.

Concernant la question de la sécurité, le coordonateur du MNS a martelé que la RDC est très sérieuse lorsqu’elle demande aux rebelles rwandais des Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda(FDLR) de déposer les armes. « Nous sommes sérieux à considérer également que ceux qui ne feront pas cela, seront frappés et tous ceux qui déposent les armes doivent pouvoir avoir une destination autre que la RDC et cela doit se faire vite. Si le Rwanda ne joue pas le jeu, la communauté internationale doit pouvoir le faire », a-t-il articulé.

Révision de l’article 220 : spéculations

 Pensez-vous modifier la Constitution pour que le président Kabila puisse s’éterniser au pouvoir ? A cette question de la presse, François Muamba Tshishimbi a expliqué d’entrée de jeu qu’une Constitution est une architecture en termes d’articles et qui se termine par des dispositions à partir desquelles la même Constitution organise les conditions dans lesquelles on peut la modifier. Cependant, a-t-il insisté, il y a des dispositions verrouillées, le fameux article 220 de la Constitution par exemple, dont personne ne s’est mise dans la tête, le président Kabila le premier, au devant où nous allons, dans les semaines ou les mois qui vont suivre, de les modifier. «Personne n’a jamais dit ça ! C’est des anticipations, c’est des spéculations !», a-t-il déploré, dévoilant aussi que personne ne peut interdire de modifier les articles non verrouillés.

Au sujet du silence prolongé du principal concerné dans cette polémique, Joseph Kabila, le coordonateur du MNS a déclaré qu’on n’a pas à démentir quelque chose qui n’existe pas. « Quand on a dit une chose une fois, elle est entendue. Maintenant, la presse et une certaine opinion veulent que tous les soirs avant de dormir le président Kabila dise «soyez tranquilles», je ne modifierai pas la Constitution’. Soyons sérieux ! Y a jamais personne qui a dit qu’il va y toucher, par conséquent on ne dément pas ce qu’on n’a pas dit », a-t-il conclu.

Tshieke Bukasa, envoyé spécial à Malabo

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*