La Société civile congolaise pour la consolidation de la paix

0
125

Plus de 60 activistes de la société civile, d’Ong et de mouvements citoyens venus de différentes provinces ont signé conjointement un communiqué de presse,  reconnaissant le bon aboutissement du processus électoral.  D’ores et déjà, ils s’activent pour apprêter un cahier de charges à soumettre au Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

A l’initiative du Collectif d’Actions de la Société civile, de
l’Observatoire Citoyen de la Gouvernance et des Droits Sociaux et de
l’Institut de Recherche en Droits Humains, des activistes de la
société civile congolaise , des Ong, Associations de base et
mouvements citoyens se sont réunis hier mercredi 30  janvier 2019 dans
la salle Père Henri De Decker, au Centre d’Etudes pour l’Action
Sociale (Cepas), dans la commune de la Gombe.  C’était pour faire
l’état des lieux du processus électoral ayant abouti à la proclamation
de Félix Antoine Tshisekedi comme vainqueur de l’élection du 30
décembre 2019.
Devant la presse, ils se sont dit globalement satisfaits de la paix et
de la sérénité qui ont caractérisées l’issue du processus électoral
ayant abouti à l’alternance au sommet de l’Etat, et au renouvellement
des animateurs de plusieurs institutions de la République. Ils se sont
réjouis aussi du rôle déterminant joué par la société civile dans sa
diversité, en faveur du climat apaisé qui a régné avant, pendant et
après les scrutins, ainsi qu’au jour de la passation du pouvoir entre
les Présidents entrant et sortant.
En leur qualité de gardiens de la société, ils ont constaté qu’après
la publication des résultats, notamment du scrutin présidentiel, des
discours identitaires ont été faits, susceptibles de mettre en péril
la coexistence  communautaire et la solidarité nationale. Après avoir
condamné, avec la dernière énergie, ce type de comportement, ils ont
rappelé à l’opinion tant nationale qu’internationale que de nombreux
Congolais ont payé de leur sang la lutte pour l’alternance au sommet
de l’Etat et l’avènement d’un Etat de droit en RDC. Soutenant que le
Congo est le patrimoine commun, le don béni du Créateur que les
Congolaises et Congolais doivent  préserver car la vie de plus de 80
millions d’âmes en dépend.
Dans cet élan patriotique, les signataires de la déclaration de Cepas
ont recommandé la vigilance à tous afin de décourager quiconque
tenterait de pousser la RDC vers le chaos, dans l’objectif de retarder
son développement socio-économique. C’est ainsi qu’ils appellent la
société civile, toutes tendances confondues, à œuvrer sans réserve
pour maintenir la flamme de la paix et de la solidarité nationale.
S’adressant aux acteurs politiques, ils leur recommandent un sens
élevé de responsabilité, en développant des discours de tolérance et
de fraternité et en privilégiant le dialogue en vue du règlement
pacifique des divergences politiques entre eux. Quant au nouveau
pouvoir, les mouvements citoyens leur recommandent d’œuvrer pour
l’établissement d’un véritable Etat de droit, l’amélioration des
conditions sociales des citoyens, sans oublier le renforcement de la
sécurité et de la justice, la libération des prisonniers politiques et
d’opinions.
Enfin, aux partenaires internationaux de la RDC, il est demandé
d’apporter leur soutien au peuple congolais afin que l’espoir d’une
vie meilleure, dans une société démocratique, devienne réalité.
Jean-René Ekofo

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •