SNCC et Gécamines : la ministre du Portefeuille bloque Kyungu et consorts

0
490

Nommés par le Président de la République par ordonnances rendues publiques le mardi 4 juin 2019, les nouveaux mandataires de la Gécamines et de la SNCC continuent de se tourner les pouces.

Gabriel Kyungu wa Kumwanza, président du Conseil d’Administration, Fabien Mutomb, Directeur Général de la SNCC et Sama Lukonde, Directeur Général de la Gécamines, n’ont toujours pas été notifiés par la ministre du Portefeuille pour entrer en fonctions, deux semaines après.

            En effet, Wivine Mumba, qui devait exécuter les ordonnances du Président de la République en tant que ministre de tutelle, traîne le pas, pour des raisons inavouées.

            Selon Jeune Afrique, la ministre du Portefeuille aurait reçu des caciques de sa famille politique, le FCC (Front Commun pour la Congo), la consigne de geler, pour une durée indéterminée, la notification de nouveaux mandataires de la SNCC et de la Gécamines.

            On signale que tous les efforts entrepris par Le Phare pour obtenir des éclaircissements du côté du ministère du Portefeuille se sont butés à un mur d’incompréhension. Jointe en personne au téléphone, la ministre de tutelle a martelé sèchement que les affaires de l’Etat ne se traitaient pas dans la presse ou les réseaux sociaux. Entre-temps, dans les rangs des mandataires « bloqués », des indiscrétions indiquent que la famille politique de l’ancien Chef de l’Etat redouterait la découverte, par les nouveaux gestionnaires, des « cadavres » qui occuperaient certains placards.

            On laisse entendre que l’objectif principal poursuivi par les commanditaires de la motion incidentielle débattue le vendredi 7 juin 2019 à l’Assemblée nationale était d’obtenir l’annulation pure et simple desdites ordonnances, ce qui allait avoir pour conséquent de remettre momentanément les compteurs à zéro. Hélas, en dépit de violentes attaques lancées contre les deux actes administratifs du Chef de l’Etat, l’opération avait fait flop.

            Plusieurs députés du FCC/PPRD reprochaient au Président de la République le fait d’avoir nommé les mandataires de la GECAMINES et de la SNCC en violation de la Constitution, versant au passage dans des propos injurieux, constitutifs d’outrage à sa personne.

            Cette situation n’est pas de nature à favoriser un climat d’entente entre le FCC et le CACH, pourtant en coalition pour gouverner pendant 5 ans.

            Après les incidents malheureux provoqués par le débat orageux sur les ordonnances du chef de l’Etat à l’Assemblée nationale, c’est le statu quo ante au niveau du staff de la SNCC et de la Gécamines.

Eric Wemba

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •