Simaro Lutumba réclame un mausolée pour Grand Kallé

0
66

« Nous allons bientôt fêter le cinquantenaire de notre pays. Je pose ce problème à ceux qui sont à l’Assemblée nationale, au gouvernement et même à la Primature : ne peut-on pas construire un mausolée pour celui qui a chanté « Indépendance Cha Cha Cha » ? Cette chanson continue à faire la fierté du pays, mais qu’est-ce qu’on a fait pour Kallé Jeff ? ». Ces propos sont du poète Simaro Lutumba Ndomanueno.  Ils les a tenus lors de l’émission Bana Léo de Digital Congo, diffusée le vendredi 30 avril 2010. L’artiste était l’invité principal de l’émission et c’est à la fin de l’émission.
 
Cette demande d’un grand artiste musicien tombe certainement à point nommé et doit constituer une interpellation pour les organisateurs des manifestations du cinquantenaire du pays. La voix de Simaro se fait sans aucun doute l’écho de millions d’autres silencieuses, qui souhaitent une récompense à cet artiste hors du commun. 

La proposition de Simaro Masiya, auteur compositeur de chefs d’œuvres comme «Mabele, Maya, Verre cassé, Faute ya commerçant, Ebale ya Zaïre,  doit pousser les autorités actuelles à rectifier le tir en réparant de nombreux torts commis à l’égard de certains compatriotes qui méritent beaucoup de la patrie. Le cas Kallé Jeff en est un et il y en a d’autres.

Construire un mausolée pour l’auteur compositeur de « Indépendance Cha Cha Cha» ne serait que faire justice à un compatriote qui a porté haut l’étendard du pays de son vivant et qui, même s’il est dans l’au-delà, est plus présent que n’importe quel autre Congolais sur le terrain de l’histoire politique de ce pays. Il le sera davantage le jour de la commémoration de l’indépendance du pays. Père de la musique congolaise moderne, Le Grand Kallé a immortalisé la décision prise à la Table Ronde de Bruxelles par une chanson qui a été jouée pendant les heures chaudes de l’indépendance, jouée hier, aujourd’hui et demain. «Indépendance Cha Cha Cha» étant un patrimoine  national, le gouvernement devrait interdire tout plagiat des notes de ce chef d’œuvre musical, comme a eu à le faire un artiste de l’actuelle génération.

Jean- René Bompolonga

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*