Sévère diagnostic du mal congolais

0
256

Président du conseil d’administration des Universités officielles de la République Démocratique du Congo, Mgr Tshibangu Tshishiku Tharcisse a procédé, le vendredi 20 juillet 2018, au centre Reine de la Paix, sur l’avenue des Huileries, dans la commune de la Gombe, à l’ouverture la première matinée scientifique du Mouvement des Professeurs
Catholiques de l’Université de Kinshasa et de l’Institut Supérieur des Techniques Médicales (MPC/Unikin-ISTM ). Elle a eu comme thème principal : « Nos agissements individuels et collectifs en tant que crème de l’intelligentsia congolaise face aux défis de la décadence
multiforme de notre société : considérations et perspectives morales, économiques, juridiques, culturelles, religieuses et socio-politiques
».
Plusieurs sous-  thèmes ont fait l’ossature de cette matinée. Il
s’agit du «Positionnement du thème général et explication de la
méthodologie du déroulement des travaux de la matinée scientifique
,l’état des lieux de la Nation et rappel des interpellations
récurrentes lancées par les Evêques Catholiques de la RDC, «Remarques
sur la crise de l’Université congolaise et les défis de l’Ethique de
la Science objective», Evanescence de l’Etat de droit : cause ou effet
de la décadence de notre société ?», «La religion est-elle l’opium du
peuple ? Les défis que des enseignements de Jésus-Christ et ceux de
Karl Marx
nous posent en tant que crème de l’intelligentsia face au foisonnement
de sectes religieuses en RDC. «L’universitaire congolais et ses
responsabilités face aux défis posés par la récurrence des crises».
sociales et politiques en RDC de 1960 à nos jours enfin, «Nos
agissements individuels et collectifs en tant que crème de
l’intelligentsia congolaise face aux défis de la décadence multiforme
de notre société :cas de la société de Microfinance IFOD SA ».
Une seule idée  forte est ressortie de cette matinée à la suite des
différents exposés. Face à la situation actuelle que traverse la
République Démocratique du Congo, l’action est prioritaire car Jésus
Christ lui-même a été un grand révolutionnaire.
Selon l’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général de la Cenco, les
Evêques sont conscients de la situation sociopolitique du pays mais.
Ils sont tenus d’agir en conformité avec leur mission. Le fait que les
Evêques ont recommandé aux Congolais de se mettre debout et empêcher
qu’une minorité prenne en otage le pays est une recommandation qui
cadre avec leur mission.
C’est une mauvaise interprétation de reprocher à l’Eglise de ne pas
être au milieu du village. Etre au milieu du village ne veut pas dire
se positionner à la même distance entre les différents acteurs. Le
pays a besoin d’un nouveau leadership et avec une bonne volonté, il y
a encore possibilité d’avoir de bonnes élections.
Pour ce qui est de «l’Evanescence de l’Etat de droit», il s’en est
ressorti de l’intervention Elebe Nick que la RDC est un Etat où règne
de fortes  inégalités. Le pouvoir politique n’est pas exercé pour le
bien-être commun. Ce pouvoir politique s’est transformé en une source
d’enrichissement  personnel d’un groupe bien déterminé.  Ceci a comme
conséquence le fait que les détenteurs de ce pouvoir ne sont plus des
modèles. L’Etat n’est plus perçu comme une garantie pour tous. Chacun
est à la recherche de sa protection en se repliant dans un groupe
ethnique ou tribal. Car, le juge a perdu son indépendance et ne joue
plus sont rôle suite aux pressions multiples.

L’Evangile ne doit
pas endormir
Quant à la considération de la religion comme étant l’opium du
peuple, le professeur Makolo Muswaswa a soutenu que seule une profonde
transformation de la société peut changer les choses. La masse doit
être convaincue, instruite et conduite à une action pour trouver des
solutions aux problèmes de la misère. La RDC est dominée par le
christianisme mais n’arrive pas à répondre à un certain nombre de
préoccupations de la population. Considérer la religion comme opium du
peuple, c’est dans la mesure où elle est utilisée pour endormir le
peuple en lui disant que le bonheur est au ciel. L’Eglise constitue un
poids dont se sert l’homme politique mais, l’évangile n’est pas là
pour endormir la population. Il y a en l’homme des pouvoirs pour agir
sur lui-même, sur les autres et le monde. Intervenant sur les
agissements individuels et collectifs en matière de micro-finances,
Dr. Bruno Miteyo est arrivé à la conclusion que la microfinance est un
système qui permet d’encourager les très petites et moyennes
entreprises pour qu’elles accèdent aux services financiers, dans le
domaine de l’épargne et du crédit, en vue de se prendre en charge et
contribuer au développement socio-économique de leurs contrées.
Les considérations individuelles  et collectives sur le plan
politique, économique, légal, technologique, communautaire et de la
gouvernance ont une bonne partie des responsabilités dans  les
agissements des uns et des autres au niveau des décideurs et pèsent
négativement sur le développement de l’institution financière des
œuvres de développement(IFOD).
Il est de la responsabilité des institutions, des communautés et des
individus de relever ces défis en changeant d’agissements pour
contribuer de manière synergique au développement de la société
congolaise.                Yves Kadima

  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •