SENAT : Kengo « l’Accord de la Saint Sylvestre reste la seule piste pour sortir le pays de la crise »

0
126

Le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, a prévenu l’opinion que contrairement aux us et coutumes du Parlement congolais, l’examen et le vote du Budget de l’Etat pour l’exercice prochain ne constitueront pas l’unique priorité pour la session de septembre 2017. Il l’a dit dans son discours d’ouverture officielle de la session, le vendredi 15
septembre 2017.

Les questions liées au social des Congolais, à la relance de
l’économie par la stabilisation du cadre macroéconomique, au processus
électoral avec des lois y afférentes ainsi que celle devant donner une
existence légale et juridique au Conseil National de Suivi de l’Accord
(CNSA) font également partie des priorités à expédier au cours de
cette session.
Après avoir expliqué les circonstances dans lesquelles s’ouvre la
session ordinaire du Parlement de septembre 2017, le président du
Sénat a salué la détermination dont les Congolais ont fait montre pour
faire taire leurs divergences afin de parvenir à l’Accord global et
inclusif de la Saint Sylvestre qui, selon lui, constitue pour le
moment la seule piste susceptible de sortir le pays de la crise qui le
mine.
Il n’est pas allé par quatre chemins pour brosser un tableau sombre
de la situation que traverse le pays, avec à l’affiche la crise aiguë
que connaissent les Congolais, l’insécurité qui persiste à travers le
pays, avant de lancer un appel aux acteurs politiques de transcender
des intérêts égoïstes pour privilégier le bien-être commun.
« Sur le plan social, les indicateurs sont ternes. Par ci, par-là,
l’insécurité prend du terrain. L’homme devient un loup pour l’homme.
Des évasions massives de prisonniers sont enregistrées au grand dam
des forces de sécurité et de la population entière. Cette dernière
tombe de l’enlisement institutionnel.
Les hommes politiques ne peuvent pas rester indifférents face à
l’acuité de cette crise.
C’est ici le moment de taire l’égo au profit du bien commun. Dans un
élan nationaliste, nous avons le devoir républicain de puiser en nous
les énergies nécessaires pour des solutions conformes aux attentes du
souverain primaire. Il s’agit de concilier les contraires, au regard
des engagements consentis par tous, pour une sortie de crise
heureuse».
A cet effet, il a rappelé à la CENI son devoir républicain, mieux
l’obligation de publier un calendrier électoral acceptable par tous.
Et le gouvernement, à son tour, est invité à mettre à la disposition
de la CENI tous les moyens nécessaires à la réalisation d’élections
crédibles.
« Quant au Parlement, nous avons l’obligation de doter le pays de la
loi organique sur le CNSA et des lois relatives aux élections ».
Par ailleurs, il a indiqué que le budget de l’Etat pour le prochain
exercice est basé sur les paramètres ci-après : taux de croissance PIB
4,60%, taux d’inflation moyen 25,10%, taux de change moyen pour 1
dollar 1.889,50 Fc, PIB nominal 68.617,10 Fc.
Par ailleurs, il a critiqué la stagnation des recettes de l’Etat due
non seulement à la baisse des recettes minières et pétrolières, mais
également aux mauvaises performances des services mobilisateurs de
recettes.
Par contre, avec la remontée des cours des principaux produits
miniers exportés, Léon Kengo émet le souhait de voir le gouvernement
se déployer pour changer les choses dans le sens de l’amélioration du
vécu de la population.
Pour y parvenir, il devra accélérer le dépôt des projets de lois à
caractère économico-financier afin de permettre au Parlement de les
voter en urgence en vue de le doter des matériaux nécessaires à la
mobilisation des recettes.            Dom

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •