Sénat : A.Thambwe pour un budget à la hauteur des ambitions du Gouvernement

0
123

Le 15 septembre étant tombé un dimanche, c’est hier lundi 16 qu’est intervenue l’ouverture solennelle de la session ordinaire de septembre 2019 du Parlement, dans ses deux chambres.

Baptisée session budgétaire par le fait que c’est au cours de celle-ci qu’intervient le vote de la loi des finances de l’exercice à venir, il était tout à fait indiqué que chacun des présidents place un mot là-dessus.

            C’est à cette occasion que le président de la Chambre haute, Alexis Thambwe Mwamba, a annoncé sa détermination à faire en sorte que le pays soit doté d’un budget à la hauteur des ambitions du gouvernement, afin de lui permettre de réaliser son programme d’action.

            Pour ce faire, l’adoption et l’exécution du Budget ne seront plus une simple formalité ou encore un rituel annuel, comme cela a toujours été le cas. Le Sénat veillera à ce que le budget de l’Etat rencontre au maximum les aspirations des Congolais.

            «J’attire votre attention sur le fait que l’adoption et même l’exécution du budget de l’Etat ne doivent plus être une simple formalité, un rituel annuel sans contenu et sans conséquences sur la vie des populations, mais plutôt une expression de leurs attentes.

            Nous mettrons toute la rigueur qui sied pour examiner et adopter ce budget en vue de conférer au Gouvernement un budget à la hauteur des ambitions de ses ambitions, en tenant compte des possibilités définies dans le plan d’actions du Gouvernement, un budget dont la bonne exécution permettra de satisfaire les fortes attentes exprimées par notre peuple à l’occasion de l’alternance démocratique à la direction du pays ».

            Tout en affirmant l’accompagnement de sa chambre à l’action gouvernementale, Alexis Thambwe Mwamba estime que la lutte du gouvernement pour l’amélioration des conditions de vie de nos concitoyens devra se placer dans la perspective de la création des richesses plutôt que du prisme de la pauvreté dont les instruments de définition ne proviennent de nos propres statistiques. « Pour cela, et comme le voudrait dans son pilier de diversification de l’économie, le soutien aux secteurs productifs s’impose par la contribution au financement des secteurs sociaux à savoir la production alimentaire, l’enseignement, la recherche scientifique et les soins de santé », conseille-t-il à l’Exécutif national.

            C’était également l’occasion pour l’orateur de rappeler à ses collègues les missions régaliennes assignées au Sénat. Il s’agit notamment de jouer le rôle de garant de l’équilibre des pouvoirs, et de l’équilibre des provinces.

            La configuration actuelle du monde ainsi que ses conséquences aussi bien dans les pays riches du Nord que dans ceux du Sud, les grands dossiers qui assaillent le continent africain ont été également épinglés dans le discours du président du Sénat.

Dom

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •