SCTP : les grévistes bloquent le bâtiment administratif

0
58

Malgré le passage du ministre des Transports, Voies de Communication et Désenclavement, Chérubin Okende Senga, le lundi 18 octobre 2021 pour calmer la tempête au bâtiment administratif, les travailleurs de la Société Commerciale des Transports et des Ports (SCTP) ont débrayé hier mercredi 20 octobre 2021. 

         Contre toute attente, ils ont décidé, deux jours après, d’endurcir la grève en brûlant systématiquement des pneus dans l’enceinte du bâtiment administratif, sur le boulevard du 30 juin. Les deux entrées principales, sur les avenues Kasai et Bokasa, devant la porte d’entrée du bureau de l’Autorité de l’Aviation Civile (AAC),  ainsi que du Secrétariat Général à l’Economie étaient pratiquement bloquées.

         Dans ce climat de haute tension, les agents de ces deux services publics de l’Etat ont été empêchés d’accéder à leurs bureaux pour y travailler, à cause des colonnes de feu devant leurs portes.

         Leur  «concert» de lamentations s’est tenu de  7 heures du matin jusqu’aux alentours de 15 heures.

         Ce revirement spécutaculaire des cadres et agents de l’ex-ONATRA est perçu par les observateurs avertis comme un message fort lancé à l’endroit du gouvernement Sama Lukonde, qu’ils n’ont plus rien à perdre.

         Les grévistes ont reçu des renforts des équipes de travailleurs du chantier naval, qui avaient quitté Ndolo. Cela a rappelé aux observateurs, l’époque de la 2ème République, où le syndicat «SOLIDARITE» avait fait trember le l’ancien régime.

         La solution rapide à leur cahier de charges, déposé sur la table du Chef de l’Etat et du gouvernement, dont le paiment de leurs arriérés des salaires, est fieuvreusement attendue.

         Il y a lieu de rappeler que lors de son premier face-à-face avec les travailleurs, le lundi dernier, Chérubin Okende leur avait promis de revenir à la place dite «Golgotha» pour répondre à leurs préoccupations. Pendant que le ministre des Transports, accompagné du Président de l’Intersyndicale, Armand Osase, séjourne au Kongo-Central, la tension est loin de baisser.

         L’objectif visé est non seulement d’aller calmer la colère des travailleurs en grève dans cette province, mais également visiter pour la énième fois les ports privés illégaux , à la base du malaise, afin de programmer leur fermeture incessamment. 

         Des sources syndicales proches de Matadi citent les ports de KUNTUALA et MGT, érigés illégalement  sur le littoral du fleuve Congo dans la ville de Boma, également, LEDYA et ARES, dans le port de Matadi. Elles parlent d’un projet de raccordement frauduleux de la voie ferrée dont les travaux en construction étaient déjà en cours d’exécution, dans l’objectif savamment planifié de rendre définitivement inopérationnel le port international de Matadi.

Jean-René Ekofo

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •