SCTP : Daudet Laya Sinsu succède à Mukoko Samba

0
264

Présenté comme trainant les pieds pour la mise en application de la décision du Chef de l’Etat portant suspension, depuis le mercredi 13 mars 2019, du ministre des Affaires Foncières et du Directeur général de la SCTP (Société Commerciale des Transports et des Ports, ex-Onatra et de son adjoint, Destin Pelete Shimuna, le Premier ministre Bruno Tshibala vient enfin de s’exécuter.

            On a appris hier que l’actuel locataire de la Primature a finalement signé le Décret suspendant le ministre Lumeya Dhu Maleghi de ses fonctions. Le chef du gouvernement a fait savoir au désormais ancien patron des Affaires Foncières que les faits lui reprochés sont d’une gravité telle qu’ils méritent des approfondissements. On rappelle que ce membre du gouvernement est accusé de lotissements illicites et d’actes d’expropriation illégale des particuliers. Son dossier se trouve, présentement, sur la table du Procureur général de la République, pour instruction et ouverture éventuelle de poursuites judiciaires.

Le ministre Lumeya est également accusé d’avoir aggravé son cas en révoquant son directeur de cabinet au lendemain de la décision du Chef de l’Etat le dément de ses fonctions, c’est-à-dire pendant qu’il n’avait plus qualité pour prendre un arrêté ministériel.

            Il en est de même pour le directeur général  de l’ex-Onatra, Mukoko Samba, et du Directeur Général Adjoint, Destin Pelete Shimuna. Le Premier ministre vient d’instruire la ministre du Portefeuille  de procéder d’urgence à sa suspension de ses fonctions, ainsi que son Directeur général adjoint.

            Le même arrêté nomme comme Directeur Général intérimaire, Daudet Laya Sinsu, et comme Directeur Général Adjoint intérimaire Eugène Molisho Asumani.

            Il est bon de signaler que les deux mandataire de la SCTP sont non seulement suspendus mais également traduits en justice pour fautes lourdes de gestion. On signale que cadres et agents de cette société accusent, à ce jour, 20 mois d’arriérés de salaires pendant que plusieurs dizaines de millions de dollars, qui devaient servir au paiement des salaires et à la relance des activités de la société ont pris des destinations inconnues.

Cette soumission républicaine du Premier ministre Bruno Tshibala, qui vient de traduire en acte les décisions prises par le chef de l’Etat, vient de porter un cinglant démenti à ceux qui tentent de peindre Félix Tshisekedi comme un Président de la République qui règne sans gouverner.

            Il vient de prouver, une fois de plus, après plusieurs mesures de haute portée politique et sociale, notamment l’octroi d’un passeport à Moise Katumbi, la libération des prisonniers politiques, la réouverture de l’ex-maison Schengen, le règlement des conflits sociaux à Transco, à l’UPN et à l’Université de Lubumbashi, qu’il est le seul garant de la nation en République Démocratique du Congo.

ERIC WEMBA

  • 8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •