SCPT : 10 mois d’arriérés de salaires, le DG Patrick Umba interpellé !

0
202

Les agents de la Société Congolaise des Postes et de Télécommunications (SCPT) accusent dix mois d’arriérés de salaires, à savoir les mois d’octobre, novembre et décembre 2019, janvier, février, mars, avril, mai, juin et juillet 2020, renseigne la correspondance de la délégation syndicale adressée à Patrick Umba, Directeur Général ad intérim, référencée  numéro Réf./SCPT/Délsynd/001/2020 du 6 janvier 2020.

            Au passage de 20 à 100 gigas en 2019, et avec la réception de nouveaux équipements par le ministre Augustin Kibassa des Postes, Télécommunication/Nouvelles Technologies de l’information et de la Communication (PT-NTIC), l’espoir semblait permis.  D’ici six semaines, avait promis le patron de PT-NTIC lors de cette cérémonie, les nouveaux équipements de la SCPT auront fini d’être installés et mis en service. Ce qui va rapprocher les services des télécommunications des besoins d’un pays aux dimensions continentales.

            Selon les informations en notre possession, le coût d’acquisition de ces nouveaux équipements  se chiffrerait à une bagatelle somme de plus  de 7 millions de dollars américains sur fonds propres.

            Les agents s’interrogent sur la provenance de cette somme pendant qu’ils accumulent 10 mois d’arriérés de salaires. Et de s’interroger : où est-ce-que le Comité de gestion a pu trouver 7.000.000 $ pour l’achat des équipements pimpant neuf? L’intersyndicale, partenaire social du Comité de gestion, attend toujours qu’on lui présente la situation financière de la société.

            Depuis le début de l’état d’urgence jusqu’à sa levée en date du 21 juillet 2020 par le Chef de l’Etat, une grogne sociale s’observe au sein de cette société publique.  Dans sa correspondance, la délégation syndicale de la SCPT réclamait le paiement intégral des salaires des agents. Malheureusement, deux mois seulement ont été payés.

            Il s’agit des mois d’août et septembre 2019. Par contre, du mois d’octobre 2019 à juillet 2020, les travailleurs sont restés impayés. Egalement, elle voulait connaitre la situation financière de la société (évolution du niveau des tarifs de consommation, indice général de la production, chiffre d’affaires…). comme indique l’article 19 de la Convention collective révisée. Contre toute attente, c’est le Directeur des Ressources Humaines qui leur avait répondu, en leur suggérant d’apprêter un cahier de charges qui fera l’objet d’une réunion formelle qui sera convoquée dans un très bref délai. En date du 23 janvier 2020, la délégation syndicale leur avait transmis le cahier des charges contenant le désidérata des agents. Parmi les préoccupations figuraient le paiement des arriérés de salaires, dossier santé(les soins de santé ne sont pas assurés à l’ensemble du personnel), date précise de la paie selon l’article 99 du Code du Travail, revisitation du contrat des logements sociaux de N’sele, dossier projet (Triple play) Internet Public WISP de la SCPT dans la ville de Kinshasa conçu  par les ingénieurs de la SCTP et non exécuté jusqu’à présent. Il y a aussi, la suppression unilatérale de l’une des rubriques de la rémunération, en l’occurrence le pécule congé en violation de l’article 40 de la Convention Collective révisée et le dossier retraite avec enveloppe décompte final destinée aux personnels préavisés pour l’année 2020.

Jean-René Ekofo

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •