Sauts-de-moutons : chasse aux «wewa»

0
275

Habitués à jouer aux petits malins, en bafouant les instructions de la Commission Nationale de Prévention Routière (CNPR) leur interdisant l’usage des sauts-de-mouton,  les motocyclistes communément appelés « wewa » sont tombés dans les pièges leur tendus par des éléments de la Police de Circulation Routière, hier mardi 6 avril 202, au niveau de Bonhomme mais aussi de la place Mandela, sur le boulevard du 30 juin.  En effet, des « roulages » y ont été positionnés depuis les premières heures de la matinée, pour faire la chasse aux brebis galeuses.

L’opération lancée par les limiers de la police de roulage contre les récalcitrants, devenus des perturbateurs de la circulation routière sur les artères de la capitale, notamment à l’entame de différents sauts-de-mouton, a payé cash. Ces éléments se sont déguisés en prenant place à bord d’un minibus de marque 207 et ont systématiquement mis hors d’état de nuire, à la descente des sauts-de-mouton, les motards en flagrance. Dans un passé récent, le commissaire provincial de la police nationale congolaise, le général Sylvano Kasongo avait utilisé la meme stratégie pour appréhender ses éléments qui rançonnaient les chauffeurs.  

            L’objectif visé dans cette opération de traque des « wewa » est de faire respecter la fluidité du trafic dans ces viaducs afin d’éviter les éventuels dérapages qui pourraient subvenir, surtout lorsque l’on connait le mauvais comportement des motocyclistes qui font le dépassement dans tous les sens sans tenir compte du Code de la route.

            Il y a lieu de se rappeler que les conducteurs de motos ont pris la vilaine habitude à Kinshasa de passer par les sauts-de-mouton en violation des mesures prises par la CNRP. Ces engins sont comptés sur la liste de ceux qui ne peuvent pas emprunter les sauts-de-mouton. Les véhicules remorques et les engins à fort tonnage sont également interdits de passer par ces ouvrages.

            Par ailleurs, il y a lieu de déplorer le manque des signaux lumineux aux entrées et sorties de différents sauts-de-mouton. Selon des spécialistes, dès l’entame de ces viaducs, l’on devrait avoir des signaux lumineux  pour faciliter leur traversée par les conducteurs. On devrait penser à y aménager panneaux fluorescents.

Jean-René Ekofo

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •