« Satellite » de Buta : un Congolais et un Pakistanais aux arrêts

0
451


Un OVNI (Objet Volant Non Identifié) est tombé le lundi 24 août autour de 14 heures en pleine brousse, dans la localité de Bulumakete, à environ 7 kilomètres de la ville de Buta, chef-lieu de la province du Bas-Uélé. Durant toute la journée de lundi, c’était la confusion autour de la nature de l’engin. Certaines sources sont allées jusqu’à parler d’un satellite de télécommunications en déperdition, parti tantôt du Kenya, tantôt de la Russie, ou encore de Porto Rico, pour venir échouer en territoire congolais.

            C’est hier mardi 25 août que le gouverneur de la province du Bas-Uélé, Valentin Senga, a donné un petit éclairage aux interrogations qui habitent de nombreux esprits. Le fameux « satellite » ne serait, en réalité, qu’un engin volant de prospection, muni d’un ballon gonflable, et alimenté par des panneaux solaires.

            Selon la même autorité provinciale, deux individus, un Congolais et un Pakistanais, surpris sur le lieu du « crash », ont été mis aux arrêts par des éléments de la police et transféré au parquet de Buta où ils sont soumis à un interrogatoire serré. Selon des informations qui restent à vérifier, l’OVNI appartiendrait à la fois à l’agence de voyage Travels Jeffery et à la compagnie aérienne Ethiopian Airlines.

            Plusieurs sources soutiennent que ces types d’engins, dotés d’équipements de transmission gratuite de l’internet, seraient maintenus en orbite à basse altitude, à une hauteur d’environ 20.000 mètres, soit la moitié de celle des avions de ligne, pendant plusieurs mois, allant jusqu’à six, grâce à des ballons gonflés à l’hélium. Ils seraient chargés de couvrir des zones de la planète dépourvues de signal internet. Quelques fois, des défaillances techniques les obligent à perdre de l’altitude et à retomber sur terre ou sur mer.

            Tous les regards sont à présent tournés vers le parquet de Buta pour obtenir des informations supplémentaires de la part du Congolais et du Pakistanais actuellement aux arrêts et dont la présence était des plus suspectes dans le site de la chute de l’OVNI.

            Signalons que le Vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur, Gilbert Kankonde, qui suit la situation avec le maximum d’attention, a promis également de réagir dès qu’il sera en possession des rapports des autorités provinciales et du parquet de Buta.Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •