Santé : la Banque mondiale donne un coup de pouce à la RDC

0
53

Une importante mission de la Banque mondiale conduite par Mme Eva Jaravan, la directrice en charge du secteur santé pour la région Afrique, vient de boucler sa visite de deux jours en RDC. A Kinshasa, Mme Eva Jaravan a axé sa mission sur le suivi et la supervision des activités des projets santé financés par la Banque mondiale. A cette occasion, elle a eu des entretiens fructueux avec les parties prenantes, à savoir le gouvernement, les bailleurs de fonds du secteur de la santé, ainsi que les acteurs du secteur, en vue de renforcer le partenariat entre l’exécutif congolais et la Banque mondiale.

Avec les responsables du Projet d’appui à la réhabilitation du secteur de la santé, la directrice Eva Jaravan s’est intéressée aux interventions de son institution à travers ses agences d’exécution des projets, et s’est rendue compte du niveau satisfaisant de réalisation de différents projets sur le terrain.

Elle a apprécié les résultats enregistrés par le PARSS dans la lutte contre le paludisme avec la campagne de distribution des moustiquaires imprégnées d’insecticide et le renforcement des capacités de zones de santé ciblées dans les projets. Opération à laquelle elle a participé lors de son séjour dans notre pays.

L’on retiendra que cette campagne de distribution des moustiquaires imprégnés entre dans le cadre de la lutte contre la malaria et vise en majeure partie la protection de la femme enceinte et des enfants.

La visite de Mme Eva Jaravan intervient, au moment où le PARSS venait de procéder à la réhabilitation de quelques hôpitaux au Katanga, Kinshasa, Equateur, Bandundu et Maniema et à la distribution du matériel roulant aux zones de santé, notamment des véhicules tout-terrain et des motos.

Ces multiples interventions ont permis de renforcer les capacités opérationnelles des agents des zones de santé pour une couverture sanitaire plus efficace et plus large.

C’est le lieu de reconnaître les efforts entrepris par les responsables de l’unité de coordination de projet – PARSS qui ont sillonné les zones de santé ciblées, bravant les intempéries et des difficultés de transport, pour assurer une distribution du charroi automobile et de l’équipement aux populations cibles. La réhabilitation de certains hôpitaux jadis en état de décrépitude a réjoui les populations locales et permis de leur redonner confiance. Ces établissements étant redevenus fréquentables, administrent aujourd’hui des soins de santé de qualité. Le personnel de santé tenté par la désertion, a enfin retrouvé le sourire, grâce aux interventions de la Banque mondiale, par le paiement des primes de performances, le relèvement du niveau des infirmiers et autres personnels soignants, la gratuité des soins et de certains actes chirurgicaux en faveur des femmes enceintes et des enfants de moins de cinq ans.

Par ces interventions, on peut relever d’autre part le fait, que la Banque mondiale à travers le PARSS a fait reculer sensiblement la mortalité maternelle et infantile, par la prise en charge des cas avec des combinaisons thérapeutiques à base d’artémisine à bas prix.

Dans les cinq provinces ciblées, Bandundu, Equateur, Katanga, Kinshasa et Maniema, des résultats encourageants ont été obtenus et satisfont les initiateurs et les gestionnaires du PARSS.

Ce projet financé par la B.M. à hauteur de 150 millions de dollars dont 30 millions de dollars sont destinés à la lutte contre le paludisme, est exécutée par l’unité de coordination de projet – PARSS que dirige le Dr Jacques Wangata, son coordonnateur, appuyée par une équipe dynamique et dévouée à la cause.  

                                J.R.T. 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*