Santé de la reproduction : le Katanga se plaint

0
131

Principal partenaire du gouvernement de la RDC en ce qui concerne la santé de la reproduction, le fonds des nations unies pour la population (Unfpa), particulièrement son bureau décentralisé de Lubumbashi, déplore les difficultés de communication dans la chaîne d’approvisionnement en produit de la santé de la reproduction(SR).

Ce qui entraîne non seulement la péremption  mais aussi la rupture de stocks de certains produits ayant trait à la santé de la reproduction ainsi que leur sécurisation. Avec un budget croissant qui est passé de 415.588 dollars américains  en 2011  à environ 877.550 dollars en 2013, l’Unfpa/ Katanga sert la province en  intrants du VIH, les préservatifs et quelques équipements. Ce budget qui est croissant s’adapte aux besoins de la province. Avec comme mission d’appuyer le gouvernement congolais en ce qui concerne la sécurisation des produits de la santé de la reproduction, l’Unfpa, pour déterminer les besoins de la province, se base sur les estimations des besoins. Comme 1ère étape, elle se confie aux structures de santé. A partir de ces besoins estimés, le bureau central de la zone de santé fait une compilation de toutes les structures avant de transmettre ses besoins au niveau du programme national de la santé de la reproduction avec une copie au pharmacien inspecteur provincial, au programme national de la santé de la reproduction ainsi qu’aux autres partenaires afin de le valider. C’est ce résultat final qui sera transmis au bureau central situé à Kinshasa pour une compilation avec les besoins des autres provinces et l’établissement d’un plan d’approvisionnement. Cependant, l’Unfpa/Katanga déplore un problème en ce qui concerne la remontée des données d’utilisation des produits. Cette difficulté communicationnelle  ne permet pas une bonne planification et entraîne non seulement la rupture de certains produits au niveau local mais aussi un surplus des produits dont le besoin n’est pas tellement accentué. Il faut signaler qu’en ce qui concerne la prévention du VIH, la cité de Kasumbalesa, zone frontalière, est suffisamment servie en préservatifs ainsi qu’un centre de jeunes situé à Katuba, dans la ville de Lubumbashi.  Par ailleurs, avec seulement 18 zones de santé couvertes sur les 68 que compte la province en ce qui concerne les intrants de la planification familiale, l’Unfpa Katanga  ne peut pas bien accomplir sa mission qui est celle d’améliorer la santé maternelle. D’où, son souhait d’élargir son champ d’action grâce à une bonne collaboration et communication avec le gouvernement.

             Yves Kadima

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*