Révélations de Julien Paluku : RDC, un budget de 100 milliards USD avec le pétrole

0
247

«  Il faut rêver, car tout commence par le rêve», dit-on. Le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi et l’ensemble du gouvernement dirigé par Jean Michel Sama Lukonde tiennent à changer le destin de la République Démocratique du Congo et de son peuple».

         La déclaration est du ministre de l’Industrie Julien Paluku. Il l’a faite hier au cours du briefing du gouvernement qui servait d’annonce au forum africain des affaires que Kinshasa abritera du 24 au 25 novembre 2021, intitulé « DRC AFRICA BUSINESS FORUM».

         Le ministre de l’Industrie a révélé qu’avec ses blocs pétroliers de l’Océan Atlantiquie comme ceux des lacs Albert et autres, la RDC est capable de se doter d’un budget de 100 milliards de dollars par an en l’espace de 4 à 5 années. Selon lui, le potentiel pétrolier congolais est largement supérieur à celui de l’Angola, dont le budget national se chiffre en plusieurs  milliards de dollars américains annuellement depuis plusieurs décennies. Il faut, pour cela, une volonté politique affirmée ainsi que des idées novatrices.

         Il a également martelé que le cobalt et le lithium, minerrais stratégiques dans la fabrication des batteries et voitures électriques, pourraient rapporter des milliers de milliards de dollars à la RDC, à condition que celle-ci s’organise pour s’insérer dans le processus de production et de partage des dividendes. Notre pays, selon le ministre de l’Industrie, possède tous les atouts pour devenir, en une décennie, une puissance économique et industrielle, au même titre que les USA et la Chine..

         Le grand obstacle à son boom économique et industriel, c’est l’insécurité, savamment entretenue par des mains noires pour favoriser les pillages de ses ressources nationales.

Comme d’habitude, introduit par son collègue de la Communication et Médias et porte-parole du gouvernement Patrick Muyaya Katembwe, le ministre de l’Industrie à expliqué succinctement le bien-fondé et les avantages dont le pays pourra tirer de cette réunion qui rassemblera tous les grands du monde, notamment les industriels et investisseurs.

         Dans son mot introductif, Julien Paluku a rappelé le plaidoyer que le Chef de l’Etat venait de mener à la conférence internationale sur le climat de Glasgow en Écosse en démontrant que la RDC est un «pays solution» au réchauffement climatique. Avant de démontrer que le pays est également «solution» en ce concerne l’industrialisation sans pollution grâce aux énergies renouvelables. Car, le pays regorge de minerais stratégiques tels que le cobalt et le lithium qui servent des matières premières dans la fabrication des batteries et voitures électriques.

         Selon l’étude menée par Bloomberg, la demande de ces produits va croissante au monde et pourra atteindre d’ici 2030, 150 millions pour les voitures électriques. Et en termes de chiffres, partant du simple d’une voiture électrique coûtant 40.000 USD, il y a quelque 8.000 milliards USD qui pourraient sortir de l’exploitation, fabrication et vente des batteries et véhicules électriques. Une  opportunité que le pays devra saisir,  surtout que la même étude démontre que le marché congolais se pointe comme la meilleure destination par comparaison à d’autres déjà existant dans le domaine de fabrication des batteries et voitures électriques tels que ceux américain, chinois et polognais. D’où, on devra saisir l’occasion à travers le Forum africain des affaires auquel tous les grands du monde de l’industrialisation et de l’investissement prendront part.

Dom

DEBRIEFING DU GOUVERNEMENT DU 22 NOVEMBRE 2021 PAR LEURS

 EXCELLENCES MESSIEURS ET MADAME NICOLAS KAZADI, JULIEN

PALUKU KAHONGYA ET ANTOINETTE NSAMBA, RESPECTIVEMENT

MINISTRE DES FINANCES, MINISTRE DE L’INDUSTRIE ET MINISTRE

DES MINES

COMMUNIQUE DE PRESSE

1. Sous le haut patronage de Son Excellence Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, Président de la République Démocratique du Congo (RDC) et Président en exercice de l’Union Africaine, le Gouvernement de la République, par le truchement des Ministères des Finances, de l’Industrie et des Mines, en collaboration avec la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), organise, du 24 au 25 novembre 2021, le DRC-AFRICA Business Forum sous le thème : « Développer une chaîne de valeur régionale autour de l’industrie des batteries électriques, d’un marché des véhicules électriques et des énergies propres » .

2. Le développement de cette chaîne de valeur régionale permettra à l’Afrique d’accroître sa part du marché des batteries, des véhicules électriques et des énergies propres dont la dynamique atteindra environ 8 mille milliards de dollars américains d’ici 2025. En effet, la contribution des pays Africain dans cette chaine de valeur est restée insignifiante parce que les principaux composants issus des minerais tels que le cobalt, le cuivre, le lithium, le manganèse et le graphite ne sont pas transformés localement et ces minerais  sont exportés sans aucune plus-value.

3. La RDC est bien connue pour ses fortes dotations en ressources naturelles et surtout minérales. Le pays assure près de 70% de la production mondiale de cobalt avec une production annuelle évaluée autour de 100 000 tonnes. Ce pays possède plus de 25 millions de tonnes de réserves de cobalt identifiées dans son sous-sol, soit 2/3 des réserves mondiales identifiées.

4. Ainsi, la RDC en tant que « Pays Solution » est ainsi appelée à jouer un rôle de premier plan dans la transition énergique vers des énergies propres et renouvelables en développant des systèmes de transports efficients et durables en Afrique, conformément aux agendas internationaux, en l’occurrence, l’Agenda 2030 des Nations Unies et l’Agenda 2063 de l’Union Africaine.

5. Ces riches dotations en cobalt offrent une opportunité unique au continent africain d’être au cœur de la dynamique chaine de valeur des batteries ainsi que la révolution portée par le développement du véhicule électrique.

6. Cantonné au rôle d’exportateurs de matières premières, la RDC se situe au bas de la chaîne de valeur mondiale du cobalt, ne captant actuellement que 3 % d’une valeur qui devrait atteindre 300 milliards de dollars US par an d’ici 2030.

7. Le DRC-AFRICA Business Forum est donc la résultante d’un questionnement des autorités Africaines en générale et congolaises en particulier sur la transformation de ressources naturelles sur le continent pour leur donner une plus-value permettant à celles-ci de contribuer significativement à l’essor économique de l’Afrique.  *

8. L’étude Bloomberg commanditée par les partenaires de la RDC (CEA, Afreximbank, AFC, BAD, BADEA) démontre que les couts de production des précurseurs de batterie (MNC1) en RDC (39 millions USD) sont environ trois fois inférieurs par rapport aux Etats-Unis (117 millions USD) et à la Chine (112 millions USD) et deux fois inférieurs par rapport  à la Pologne (65 millions).

9. L’avantage-cout de la RDC repose essentiellement sur l’accessibilité des terrains, notamment par rapport à la Chine, mais aussi du cout de la main-d’œuvre – même sous l’hypothèse d’un recours à la main-d’œuvre étrangère lors des 5 premières années d’exploitation. Cependant, le cout de l’électricité est plus élevé en RDC que partout ailleurs.

10. En plus de la compétitivité reposant sur les couts de production, la production des précurseurs de batterie en RDC a l’empreinte écologique la plus faible : les simulations indiquent des émissions de carbone en RDC de 20% inférieures à celle de la Chine.

11. Ces résultats confirment ainsi le rôle stratégique de la RDC dans la transition énergétique : selon les prévisions de Bloomberg, le marché des véhicules représentera 8,8 mille milliards en 2025 et 46 mille milliards en 2050.

12. En outre, les batteries du futur permettront de stocker jusqu’à 500 mégawatts, de quoi électrifier toute une ville.

13. En vue de réaliser le potentiel de la RDC dans la chaine de valeur des batteries électriques, l’étude recommande notamment le renforcement de la gouvernance et de la sécurité des investissements.

POUR TOUT CONTACT :

CELLULE DE COMMUNICATION MINISTERE

DE COMMUNICATION ET DES MEDIAS

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •