Révélation du VPM Tunda : juge Yanyi, c’est un meurtre !

0
230

« Le juge Raphaël Yanyi Ovungu est décédé de suite d’une hémorragie intracrânien résultant d’un traumatisme cranio-encéphalique. L’autopsie a également révélé l’existence des substances toxiques à dose non létale dans le corps du défunt». Bref, le regretté a été tué. Une enquête est ouverte en vue de traquer et identifier ses meurtriers. C’est ce qu’il convient de retenir du point de presse que le Vice premier ministre et ministre de la Justice, Célestin Tunda ya Kasende, a tenu dans son cabinet de travail, hier mardi 16 juin 2020, en rapport avec le décès de Raphaël Yanyi Ovungu, président de chambre du procès de 100 cents dont le verdict est attendu ce samedi 20 juin 2020 et président intérimaire du tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe.

         Dans son exposé, le Vice premier ministre et ministre de la Justice, a indiqué qu’à l’issue de l’information judiciaire ouverte le 27 mai 2020, à l’office du procureur de la République près le tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe sous RI.1484/PR.021/NDE/ADN, il a été ordonné une autopsie sur le corps de défunt. Et ce en deux étapes : d’abord une autopsie corporelle et ensuite celle des organes internes.

         Dans la première partie de son rapport, autopsie corporelle, le médecin légiste a révélé qu’il s’agit d’une mort violente, avec des coups reçus au niveau du crâne et qui ont causé une hémorragie cérébrale fatale. La seconde partie du rapport, autopsie sur les organes internes, des analyses prélevées sur le contenu gastrite ont révélé la présence d’un herbicide. La seule anomalie décelée est l’adhérence du poumon gauche qui ne pouvait pas conduire à la mort.

         Bien plus, cette autopsie a été faite par le médecin légiste de l’hôpital général de référence de Kinshasa (ex-Mama Yemo), puis confirmée par une expertise internationale d’un médecin légiste de la Monusco.

         Ce décès n’a pas laissé  indifférent le gouvernement congolais. Raison pour laquelle un dossier judiciaire été ouvert au tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe sous RI.1484/PR.021/NDE/ADN, afin d’élucider toutes les circonstances de ce meurtre et poursuivre en justice tous les auteurs, co-auteurs et complices.

         A la question du quotidien Le Phare de savoir si cette enquête judiciaire va connaître un dénouement heureux,   le Vice-premier ministre et ministre de la Justice, Célestin Tunda ya Kasende, a assuré la presse, et à travers elle la famille de l’illustre disparu et tous les Congolais, que les temps de l’impunité sont révolus ; que la justice fera sans complaisance son travail et que la presse sera de nouveau rappelée pour les conclusions

Lungudi Michel LUKA

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •