Retombées du Sommet de l’UA à Niamey : la Société civile prête à accompagner la ZLECAF

0
96

En marge du Sommet Extraordinaire de l’Union Africaine qui s’est tenu du 7 au 8 juillet 2019, à Niamey, capitale du Niger, un forum de la société civile a été organisé dans la même ville. C’était en partenariat avec la Commission de l’Union Africaine (CUA), la Commission Economique Africaine (CEA) et la Coalition pour le Dialogue sur l’Afrique (CoDA).

 La réunion avait comme thème principal : « Amélioration de l’engagement de la Société civile à la ZLECA (Zone de Libre Echange Continental Africaine). Il sied de signaler que l’objectif poursuivi par les participants était de renforcer la participation des parties prenantes à sa mise en œuvre.

Ceux-ci provenaient de plusieurs structures, dont l’OSC (Organisation de la Société Civile) et la Coordination du Commerce et du Conseil Economique Social de l’Union Africaine(ECOSOC).

Pour sa part, le ministre en charge du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé du Niger, Secko Seydou, qui a procédé à l’ouverture solennelle des travaux, a appelé les membres de la Société civile à affirmer davantage leur rôle de porte-voix des citoyens dans le cadre de la Zone Libre Echange Continentale Africaine. Leur mission principale devrait être d’accompagner les décideurs politiques afin que l’Afrique chemine lentement mais sûrement dans la voie de son intégration économique.

De son côté, le Vice-président de la Commission de l’Union Africaine, Kwesi Quartey, a félicité le département du Commerce et de l’Industrie, dirigé par Muchanga, pour avoir pris cette initiative. Il a déclaré que si la mise en œuvre de la ZLECAF réussit, elle pourra générer des dépenses combinées des consommateurs et des entreprises de 6.000 milliards US d’ici 2030, accélérer le développement industriel et élargir la diversification économique en facilitant la création d’emplois de qualité en faveur des femmes et des jeunes de l’ensemble du continent.

Intervenant au nom du Secrétaire exécutif de la Commission Economique pour l’Afrique (CEA), Thokozile Ruzvidzo, directrice du département Genre, Pauvreté et Politique Sociale a martelé que la ZLECAF pourrait booster le commerce intra-africain et le faire passer de son niveau actuel de 16% à 52%d’ici 2020, selon des récentes études menées par son institution. Aussi a-t-elle appelé à l’abandon des restrictions de visas et autres barrières relatives à l’immigration, qui limitaient la mobilité des personnes en Afrique et faisaient accroitre ainsi la vulnérabilité des populations, des migrants et des refugiés.

            Hassan Hussein, directeur par intérim du Commerce et de l’Industrie a également pris la parole au nom du Commissaire à ce département pour saluer l’Accord portant création de la Zone de Libre Echange Continentale (ZLECAF), entré en vigueur le 30 mai 2019 avec 54 Etats signataires sur les 55 que compte l’Union Africaine et 25 ratifications.

            Parmi les recommandations formulées à l’issue de ce forum, il y en a portant sur la nécessité de mettre en place des politiques nationales pour soutenir la production et la consommation des biens et des services propres à l’Afrique, d’accorder priorité à la mise en circulation d’un « passeport africain » dans le cadre du protocole sur la libre circulation, etc.

Melba Muzola, envoyée spéciale à Niamey

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •