Retombées de la « sextape » au Kongo Central : Matubuana et Luemba désavoués par le FCC

0
358

La tentative de certains notables de la province du Kongo Central d’étouffer le scandale de la sextape, dans lequel sont mêlés le gouverneur et le vice-gouverneur de la province du Kongo Central, nous avons cité Atou Matubuana et Justin Luemba, a lamentablement échoué. Le journal « Le Phare » avait envoyé, tout au long de la semaine dernière, des messages si forts en direction de l’opinion tant nationale qu’internationale que ceux-ci ont fini par porter.

            En réponse à l’indignation générale suscitée par cette atteinte aux bonnes mœurs et la désacralisation des fonctions aussi nobles que celles de représentants du Chef de l’Etat dans le Congo profond, le FCC (Front Commun pour le Congo), la famille politique ayant parrainé leur ticket pour leur élection à la tête du gouvernorat, a fini par les désavouer. En effet, dans une déclaration faite à la presse le samedi 1er septembre 2019, au terme de la conférence des présidents des partis et regroupements politiques proches de l’ancien Chef de l’Etat, Joseph Kabila, les « Kabilistes » ont résolu de retirer leur totale confiance à Atou Matubuana et Justin Luemba, qui se sont rendus coupables d’un comportement indigne de lourdes responsabilités qui sont encore les leurs. L’ordre leur a été intimé de démissionner sans délai. Selon le FCC, le gouverneur et le vice-gouverneur du Kongo Central ont versé dans l’immoralité, et violé ainsi le Code de bonne conduite du FCC, dont l’autorité morale est foncièrement opposée aux antivaleurs.

            De leur côté, les présidents fédéraux des partis et regroupements politiques du FCC, au Kongo Central, ont légalement condfamné les dérapages sexuels de leur gouverneur et son adjoint.

            Le sort des deux responsables de l’exécutif provincial du Kongo Central étant ainsi scellé, on attend impatiemment leurs lettres de démission. Quant à la légèreté de mœurs dans laquelle ils se sont illustrés, elle ne devrait pas rester impunie. Par conséquent, tous les regards sont tournés vers le Parquet général près la Cour de Cassation, pour l’application de la loi, dans toute sa rigueur, contre les deux délinquants sexuels ainsi que leur maîtresse, grâce à laquelle le scandale a été étalé sur la place publique.

            L’on ne peut que se réjouir de la prise de position du FCC, qui vient de couper court aux certitudes que distillaient certains notables du Kongo Central, pour tenter de protéger les deux plus hautes autorités provinciales, en plaidant pour leur innocence. C’est le lieu de saluer également les manifestations de colère enregistrées le samedi 1er septembre à Matadi et Boma, avec la participation de plusieurs élus et de toutes les forces vives de cette province, pour exiger que Matubuana et Luemba « dégagent ! ».

Kimp

DECLARATION DES PRESIDENTS FEDERAUX DES PARTIS

ET  REGROUPEMENTS POLITIQUES MEMBRES DU FRONT COMMUN POUR LE CONGO « FCC » EN ABREGE

            Nous membres des partis et regroupements politiques du Front Commun pour le Congo « FCC/Kongo-central », réunis ce dimanche 1 septembre 2019 à Matadi,  Considérant le récent scandale immoral connus de tous, ayant fait tache d’huile à notre chère province du Kongo-Central ; cette situation a indigné les filles et fils né-kongo, régulièrement attachés aux valeurs morales.  Ceci n’est qu’un secret de polichinelle, car démontrant noir sur blanc l’implication effective des hautes autorités provinciales. Vu la nécessité de blanchir l’image ternie de la province chère à Simon Kimbangu, Kasa-vubu et Nzeza Nlandu, pour ne citer que ces derniers, La conférence des présidents fédéraux des partis et regroupements politiques du Kongo-Central membres du FCC prononce la déclaration ci-après :

            Primo : le FCC/Kongo-central adhère à la position de la coordination nationale qui a retiré sa confiance et son soutien politique aux Gouverneur et Vice-Gouverneur du Kongo-Central

            Secundo : Nous demandons aux concernés de faire preuve de responsabilité, en respectant le mot d’ordre du directoire national du Front Commun pour le Congo. Tercio : La coordination provinciale réitère sa détermination à combattre les anti-valeurs sous toutes ses formes, et lance un appel à l’Assemblée Provinciale de souscrire à cette démarche pour le bien-être de notre chère province. Enfin, nous exhortons le peuple né-Kongo à rester vigilant à toute sorte de manipulation politicienne imprégnée de malice tribale ou ethnique pouvant constituer un frein au développement tant souhaité par tous. Nous souhaitons préserver les acquis de la fraternité qui ont toujours caractérisé les né-kongo.

             Fait à Matadi, le 01/09/2019

                       La Conférence des Présidents Fédéraux

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •