Réouverture sans fanfare du Marché Central

0
80

D’après les informations en notre possession, une délégation des vendeurs et vendeuses du Marché Central, qui s’est rendu en début de semaine dernière au cabinet du vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur, Gilbert Kankonde, pour s’enquérir du sort réservé à cette place marchande après la levée, le 21 juillet 2020, de l’état d’urgence sanitaire par le Chef de l’Etat, s’est entendue dire que rien ne s’opposait à sa réouverture. Au contraire, le patron de la territoriale leur a rappelé qu’il avait déjà donné son feu vert, depuis le mois de mars, pour la reprise des activités marchandes.

            Ce message ayant rapidement fait le tour de la ville, des milliers de vendeuses et vendeurs du Marché Central se sont donnés rendez-vous dans ce site, le jeudi 30 mai, pour réhabiliter leurs étals et nettoyer les lieux. Le vendredi 31 mai, c’était la grande reprise des activités commerciales, comme au bon vieux temps de l’avant-coronavirus. Même ceux d’entre eux qui étaient délocalisés vers les nouvelles extensions créées au croisement des avenues Itaga et Kasa-Vubu, à l’ex-stadium de handball de l’ex-Voix du Zaïre, au croisement Kabinda-ex-Bokasa, au marché Kalembe-Lembe, au site dit « Rails » à Lingwala, au croisement Itaga-ex-24 novembre, sont revenus en catastrophe au Marché Central, laissant leurs étals aux locataires.

            Depuis lors, cela fait un peu désordre avec le fonctionnement des marchés pirates sur les avenues Rwakadingi, ex-Bokassa, Kato, Itaga, Kasa-Vubu et autres. C’est le soulagement au sein des milliers de ménages kinois dont les piliers – pères, mères, frères et sœurs- étaient réduits au chômage depuis quatre mois. Un des poumons économiques de la capitale, le Marché Central est le principal pourvoyeur de petits marchés périphériques en marchandises vendues en gros comme en détail

 Dorcas NSOMUE

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •