Regideso : les gros consommateurs satisfaits, mais…

0
158

Au nom du ministre de l’Energie, Gilbert Tshiongo, le directeur technique de la Regideso, Désiré Bagbeni Adeito, a ouvert hier lundi 19 mars 2012 au Cercle de Kinshasa  l’atelier sur la présentation des résultats de l’enquête sur le niveau de satisfaction de la clientèle de la Regideso. Cette étude porte sur les renseignements livrés par 8000 enquêtés de 3 villes du Projet d’alimentation  en eau potable en milieu urbain(PEMU), à savoir : Kinshasa, Lubumbashi et Matadi.

En effet, a appuyé Henri Christin Longendja Isa Mboyo, directeur exécutif de Codhod qui a dirigé l’investigation, trois cibles ont été principalement touchées : les ménages raccordés, les gros consommateurs et les clients potentiels non raccordés. Outre le besoin de disposer d’un référentiel de départ par rapport auquel il sera plus tard possible d’établir de comparaison, son objectif est simplement de stimuler un dialogue entre les agents commerciaux de cette entreprise et un échantillon de ses 517.236 abonnés. « Nous avons découvert, entre autres, les détails sur les plaintes des clients portant sur la facturation, la non réparation des fuites, etc. Les résultats obtenus montrent qu’il y a encore plus d’efforts à fournir pour amener la clientèle jusqu’au rendez-vous des OMD-7 », a-t-il indiqué.
Toutefois, ont souligné les limiers, il ressort de l’enquête que les gros consommateurs sont plus satisfaits des services que du produit de la Regideso tandis que les ménages raccordés ont une satisfaction moyenne plus sur le produit que les services. Par contre, ont-ils ajouté, les ménages non raccordés, clients potentiels, ne sont pas du tout satisfaits quant à leur demande de raccordement vis-à-vis de la Regideso.

Mettre fin au règne des « intouchables »   

 Face à la satisfaction mesurée et partielle de la clientèle, les enquêteurs ont vivement recommandé aux réseaux de la Regideso de suivre la progression démographique et la vétusté des équipements, responsables de la qualité douteuse et de la quantité insuffisante dans les villes. « La production d’eau doit nécessairement suivre la progression démographique dans les villes pour satisfaire la demande en eau. Par conséquent, la demande est plus importante que l’offre, d’où le déficit de production qui crée l’insatisfaction de la clientèle… », a relevé le rapporteur.
Néanmoins, il a souligné que le non recouvrement des créances privées, la multiplicité des ayants droits, l’insolvabilité de l’Etat congolais, le manque des compteurs, etc. ne permettent pas de réaliser l’équilibre financier de la Regideso. D’où  la difficulté d’assurer la bonne exploitation de ses installations par l’approvisionnement régulier en produits chimiques, la maintenance et le renouvellement de ses équipements ainsi que la réhabilitation de ses équipements. 
Concernant précisément le manque des compteurs, il est constaté que cette situation pousse l’entreprise à appliquer la facturation forfaitaire avec comme conséquence : l’enregistrement de perte d’eau, l’enregistrement de plusieurs réclamations de la clientèle constituant un goulot d’étranglement pour le recouvrement des coûts de l’eau. 

Recommandations au gouvernement 

En dépit des efforts que fournit la Regideso pour répondre aux attentes de sa clientèle, les analystes avertis ont suggéré au gouvernement de prendre en compte quelques recommandations lui faites afin de régler les problèmes de cette entreprise. Il s’agit, entre autres, d’élaborer une politique globale sur fond d’un « Forum national de l‘eau » ; d’identifier les sociétés polluantes d’eau en vue d’une taxation conséquente ; de mettre fin à l’autorisation des forages octroyés aux gros consommateurs et autres domestiques spéciaux dans le centre exploité sans problème par la Regideso ; d’exercer un rôle important grâce à son monopole naturel en matière de l’eau afin de répondre à des plus larges attentes sociales que celles adressées au secteur privé, etc.

Tshieke Bukasa

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*