Réforme scolaire : la maternelle en voie d’être rendue obligatoire

0
78
En République Démocratique du Congo (RDC), le gouvernement est invité fondamentalement à garantir aux jeunes filles et garçons l’enseignement maternel et à le rendre obligatoire car les premières années, de la naissance jusqu’à l’âge de six ans, sont déterminantes pour la formation de l’intelligence, de la personnalité et du comportement  social de l’enfant.  Il doit en outre pourvoir à la création des écoles maternelle et des centres de formation professionnelle officiels pour les instituteurs et institutrices maternels. Ceci est l’une des recommandations faites à l’issue d’une table-ronde sur la Réforme de l’Enseignement maternel qui s’est tenue du 10 au 13 juin 2015, au Centre de Ressource pour les Enseignants de Kinshasa (CREK/Sernafor), dans la commune de la Gombe sur l’initiative du Secrétariat général à l’EPSP. A cette occasion, environ 17O participants ont répondu présents pendant les quatre jours qu’ont duré ces assises et parmi lesquels figuraient des promoteurs de l’enseignement maternel, des enseignants, des partenaires éducatifs et des représentants du ministère de l’Enseignement primaire, Secondaire et Initiation à la Nouvelle citoyenneté (EPS/INC).
Les résolutions et recommandations finales ont également demandé au gouvernement que soient créées des écoles publiques maternelles dans chaque province éducationnelle ; que soit aussi mis en place des pool d’inspection de l’enseignement maternel au niveau de l’Inspection générale de l’EPSP et que la situation de la paie des enseignants des écoles publiques maternelles soit régularisée ; enfin que les écoles maternelles publiques soient dotées des frais de fonctionnement. Au Secrétariat général de l’EPSP, les participants ont demandé de vulgariser les textes officiels de loi sur l’Enseignement maternel ; de mettre à la disposition des écoles maternelles, sans distinction aucune, des ouvrages et matériels didactiques conçus pour ce niveau d’enseignement par des spécialistes congolais en la matière.
En outre, les participants ont souhaité que seuls, les candidats disposant d’un diplôme d’Etat en pédagogie prétendent à la spécialisation dans ce domaine pour écarter la sous qualification dans cet enseignement. Enfin, il a été demandé à l’Inspection générale de l’EPSP de procéder à un contrôle régulier de ces écoles pour s’assurer de leur bon fonctionnement et de la qualité des enseignements dispensés.  En outre, elle devra en partenariat avec le Secrétariat général à l’EPSP, élaborer des programmes nationaux pour la formation des instituteurs et institutrices des écoles maternelles.
SAKAZ
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •