Réforme du Système électoral : des OSC optent pour le renforcement de la démocratie en RD Congo

0
154

Des organisations de la société civile à savoir, Agir pour des élections transparentes et apaisées(AETA), la Commission Episcopale Justice et Paix de la Cenco, l’Eglise du Christ au Congo et Synergie des Missions d’Observation Citoyenne des Elections(Symocel) ont tenu, hier mercredi, à la Maison de France, un atelier préparatoire du Forum national sur les réformes électorales en République Démocratique du Congo. Le but du consortium est de mutualiser les efforts pour un plaidoyer en vue des réformes électorales.

Coordonnateur du Consortium, Bishop Abraham Djamba Samba Wa Shako, a soutenu qu’au cours des échanges, les organisations de la société civile ont manifesté un intérêt particulier pour cette réforme en vue d’une amélioration du système électoral à partir du constat fait lors élections passées. Des recommandations ont été faites après ces élections sur base des éléments recueillis sur terrain et, c’est le moment de les partager avec toutes les parties prenantes, principalement les institutions publiques comme le parlement.

            La particularité de ce travail en synergie, selon le coordonnateur du Consortium, est qu’il est mis sur pied des stratégies communes avec une démarche participative.

Il sied de rappeler que c’est depuis décembre 2019 que le Consortium travaille à l’organisation du forum national de réflexion, regroupant toutes les parties prenantes, sur les réformes nécessaires à l’amélioration du système électoral en République Démocratique du Congo.

            Et, dans le cadre des préparatifs dudit forum qui se tiendra dans la dernière semaine du mois de mars en cours, le Consortium a mené de consultations. Cependant, des consultations se poursuivront dans les jours à venir avec d’autres parties prenantes.

            Une invitation est ainsi lancée à toute la population congolaise, pour une démocratie participative, de se mobiliser pour faire de ce forum, une occasion de réaffirmer la volonté commune d’œuvrer au renforcement de la démocratie congolaise.

            Pour rappel, après les élections présidentielles et législatives de décembre 2019, plusieurs faits appelant à un réajustement du cycle électoral ont été relevés. Les organisations de la société civile estimant qu’il est temps de mettre fin aux sièges familiaux au niveau de la députation nationale et provinciale, voire même sénatorial.

            Ce comportement qui consiste à placer des suppléants qui ne sont que des membres d’une même famille doit cesser. Et, ces suppléants, doivent être présenté et connu du public  et non pas les garder secret comme cela a été fait pour les élections antérieures.

Yves Kadima

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •